PSG – Lyon 1-1, 20/09/09, Ligue 1 09-10

Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine : http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2009/1895/20595/match/PSG-Lyon/PSG-Lyon-1-1)

Dimanche 20.09.2009, Championnat de France, Ligue 1, 6e journée (6e place) à Paris, au Parc des Princes :
PARIS ST-GERMAIN F.C. – OLYMPIQUE LYONNAIS  1:1 (1:0)
– 44 778 spectateurs. Buts : Ludovic Giuly, 29′ ; B.Gomis, 85′.
L’Équipe du PSG : Grégory Coupet – Marcos Ceará, Sammy Traoré, Mamadou Sakho, Sylvain Armand – Ludovic Giuly (Clément Chantôme, 67′), Claude Makélélé, Jérémy Clément, Christophe Jallet – Péguy Luyindula (Younousse Sankharé, 87′), Guillaume Hoarau. Entraîneur : Antoine Kombouaré.
Avertissement à Clément Chantôme.


Maillot utilisé :

Maillot domicile 2009-10 (collection MaillotsPSG)
Maillot domicile 2009-10 (collection MaillotsPSG)

Photos du match :

Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine : http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2009/1895/20595/match/PSG-Lyon/PSG-Lyon-1-1)
Ludovic Giuly (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine : http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2009/1895/20595/match/PSG-Lyon/PSG-Lyon-1-1)
Christophe Jallet à la lutte avec Cris (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine : http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2009/1895/20595/match/PSG-Lyon/PSG-Lyon-1-1)
Sortie de Grégory Coupet (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine : http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2009/1895/20595/match/PSG-Lyon/PSG-Lyon-1-1)
Clément Chantôme tente d’arrêter Bodmer (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine : http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2009/1895/20595/match/PSG-Lyon/PSG-Lyon-1-1)
Le tifo du Virage Auteuil (Ch. Gavelle)

Compte-rendu (lequipe.fr)  :

Lyon s’en sort bien au Parc

L’OL, malmené et mené au score par le PSG pendant presque une heure, a arraché le point du nul (1-1) grâce à un but hors jeu et un Lloris époustouflant.

Le Paris-SG a fait beaucoup d’efforts pour se rendre crédible en membre à part entière du carré VIP de la L1, avec Bordeaux, Marseille et Lyon. Il a mené pendant 55 minutes contre l’OL, dimanche au Parc. En toute logique. Mais il a encore concédé un but dans les dix dernières minutes, son cinquième cette saison (record du Championnat), et cela lui coûte les deux points qui l’auraient ramené au niveau de son adversaire (1-1). M. Fautrel fut un complice involontaire de l’opération en validant une égalisation hors-jeu de Gomis (84e). Le PSG a eu un mal fou à avaler cette pilule. Comme il avait dû digérer, plus tôt dans le match, des occsions nettes stoppées par un gardien époustouflant. Hugo Lloris a été royal sur au moins six tirs cadrés parisiens. Il y est pour beaucoup si Lyon vient d’enchaîner un treizième match sans défaite et redevient deuxième, à deux points de Bordeaux.

La solitude de Lisandro

Ce fut un soir pénible pour l’ex-champion de France. Appliqué en tout début de match, il a constaté, le plus clair du temps, la supériorité collective du PSG et, chez lui, un inhabituel déchet technique. Dans leur composition d’équipe, les deux coaches avaient anticipé une grosse bataille au milieu. Venu en 4-3-3, Lyon voulait verrouiller avec trois milieux défensifs. Réorganisé dans un 4-2-3-1 faisant une place à Jallet, le PSG a insisté sur ses points forts de l’année : récupération efficace et explosion vers le but. Il a gagné cette bataille, grâce à son organisation rigoureuse, des duels bien négociés, et une paire Makelele – Clément plus complémentaire que jamais. Lyon, en égarant beaucoup de ballons et en donnant à Lisandro un aperçu de la solitude ressentie par Benzema l’année dernière, plongea petit à petit dans l’impuissance. Une saynète qui en dit long sur les limites lyonnaises d’un soir : à la 55e, Bodmer insiste au près de Lloris pour qu’il joue court un dégagement aux six-mètres. L’air de dire : «On a déjà assez balancé ce soir».

Paris encore trop naïf sur la fin

Finalement, Paris, qui avait trouvé l’ouverture à la 29e grâce à Giuly, son meilleur réalisateur cette saison (3 buts), peut s’en vouloir d’avoir autocensuré sa supériorité. Il n’a pas cru qu’il pouvait être le plus fort pendant toute la durée du match. La sortie de Giuly (65e) pour ajouter un troisième récupérateur (Chantôme) avait quelque chose d’énigmatique vu l’activité du premier, et le consentement implicite que cela entraînait face à la poussée lyonnaise (entrées de Gomis puis Pjanis puis Ederson). Puni pour avoir trop attaqué à Monaco (0-2) il y a une semaine, Paris l’a été pour avoir accepté de défendre sa petite marge cette fois-ci (1-1). Cela s’appelle l’apprentissage.


Le stade :

Le Parc des Princes
Le Parc des Princes

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s