Rennes – PSG 2-0, 08/03/08, Ligue 1 07-08

Le capitaine Pedro Pauleta ne trouvera pas la faille...

Samedi 08.03.2008, Championnat de France, Ligue 1, 28e journée (17e place) à Rennes, au Stade de la Route de Lorient :
STADE RENNAIS F.C. – PARIS ST-GERMAIN F.C.  2:0 (1:0)
– 27 523 spectateurs. Buts : Mamadou Sakho, 44′ contre son camp ; Briand, 51′.
L’Équipe du PSG : Mickaёl Landreau – Marcos Ceará, Mario Yepes, Zoumana Camara, Sylvain Armand – Willamis Souza (Bernard Mendy, 59′), Clément Chantôme, Jérémy Clément, Mamadou Sakho (David Ngog, 67′) – Amara Diané, Pedro Pauleta. Entraîneur : Paul Le Guen.
Avertissements à Zoumana Camara et Clément Chantôme.


Maillot utilisé (en version à manches longues) :

Maillot ext 07 08
Maillot extérieur 2007-08 (collection MaillotsPSG)

Photos du match :

Jérémy Clément
Jérémy Clément
Le même Clément à la lutte avec Briand
Le même Clément à la lutte avec Briand
Amara Diané (Ch. Gavelle)
Amara Diané (Ch. Gavelle)
Le capitaine Pedro Pauleta ne trouvera pas la faille...
Le capitaine Pedro Pauleta ne trouvera pas la faille…
Mamadou Sakho devance un rennais
Mamadou Sakho devance un rennais (Ch. Gavelle)
Le parcage parisien (PSG Club Angers)
Le parcage parisien (PSG Club Angers)

Compte-rendu (lequipe.fr) :

L’impuissance du PSG à Rennes

Une semaine après avoir été largement battu par Bordeaux (0-3), le Paris-SG a de nouveau coulé ce samedi à Rennes (0-2), un concurrent direct pour le maintien. Cette défaite, la 11e de la saison, vient sanctionner une partie très mal négociée par des joueurs parisiens sans inspiration et incapables de la moindre révolte. Le club de la capitale a également réalisé une très mauvaise affaire comptable et reste menacé de relégation.
Rennes, quant à lui, respire et repousse le PSG à six longueurs. Une situation qu’ont beaucoup de mal à accepter les supporters parisiens. A l’heure de jeu, exaspérés et dépités par leur équipe, ils ont quitté la tribune et le stade, la colère aux lèvres. Paris était alors mené de deux buts et rien n’allait changer. Juste avant la pause, c’est Mamadou Sakho, titularisé comme latéral gauche puisqu’Armand (photo L’Equipe) a pris la place de Rothen forfait, qui a marqué contre son camp d’une tête sur un coup franc de Leroy (41e). Un but qui a rendu justice à celui injustement refusé aux Rennais quelques minutes auparavant.
Qu’a dit Paul Le Guen à ses joueurs pendant la pause ? Rien de très marquant vraisemblablement puisque ses joueurs ont continué sur le même rythme atone. Perte d’un ballon de Ceara à une trentaine de mètres de la cage de Landreau et but de Briand d’un tir croisé sur un service de Leroy dès la reprise (49e). Si le Brésilien Souza, remplacé par Mendy à la 59e, s’est montré fort discret, que dire du duo d’attaque Diané – Pauleta, lequel a fait passer au gardien rennais Luzi une fin d’après-midi très tranquille. Sans victoire depuis six journées, Paris est toujours éteint. Il va devoir réagir s’il ne veut pas se réveiller en L2 dans quelques semaines.

Réactions :

A Rennes, le Paris-SG a essuyé sa onzième défaite de la saison (0-2). Après une première période sans saveur mais équilibrée, le PSG a manqué d’ambition après la pause pour tenter de revenir au score. «L’ouverture du score est souvent déterminante, a admis Paul Le Guen après la rencontre. La suite a été moins consistante et notre deuxième période a été plus laborieuse. Rennes a des moyens physiques que nous n’avons pas et nous n’avons pu remonter au score».
L’entraîneur parisien, très grimaçant durant la rencontre, conteste un manque d’envie de ses joueurs mais a du mal à cacher son inquiétude. «Ce soir, ce n’est pas un problème de motivation. Les joueurs se sont investis en première période, ont montré de l’envie, ce n’est pas contestable, et se sont fragilisés psychologiquement ensuite. C’est ce que j’ai ressenti. C’est évident que je voudrais encore plus de capacité de révolte. Plus cela avance et plus cela devient compliqué. L’inquiétude est plus grande. Elle est là, présente, mais il ne faut pas se laisser abattre.»
Le Guen assure que ses joueurs veulent bien faire, trop peut-être. «Malgré nos limites, il faut qu’on s’en sorte. On est insuffisant dans certains domaines comme la maîtrise, la solidité mentale, mais pas dans l’envie en tout cas. J’ai l’impression que les joueurs font des efforts mais à force de vouloir bien faire, ils perdent le fil.»


Le stade :

Le stade de la route de Lorient
Le stade de la route de Lorient

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s