PSG – Bastia 0-0, 02/08/03, Ligue 1 03-04

Alioune Touré, entré en fin de match

Samedi 02.08.2003, Championnat de France, Ligue 1, 1re journée (11e place)
à Paris, au Parc des Princes :
PARIS ST-GERMAIN F.C. – S.C. BASTIA  0:0 (0:0)
– 33 991 spectateurs.
L’Équipe du PSG : Jérôme Alonzo – Bernard Mendy, Talal El-Karkouri, Gabriel Heinze, Lionel Potillon – Frédéric Déhu, Paulo César (Lorik Cana, 83′), Jérôme Leroy (Reinaldo da Cruz, 73′) – Fabrice Fiorèse, Bartholomew Ogbeche, Kaba Diawara (Alioune Touré, 73′). Entraîneur : Vahid Halilhodžić.


Maillot utilisé :

Troisième maillot 2003-04 (collection MaillotsPSG)
Troisième maillot 2003-04 (collection MaillotsPSG), utilisé en raison de problème d’intégration du sponsor sur le maillot domicile

Billet :

0304_PSG_Bastia_billet


Photos du match :

Tallal El Karkouri balle au pied
Tallal El Karkouri balle au pied (Ch. Gavelle)
Bartholomew Ogbeche
Bartholomew Ogbeche (Ch. Gavelle)
Jérôme Leroy
Jérôme Leroy (Ch. Gavelle)
Bernard Mendy
Bernard Mendy (Ch. Gavelle)
Alioune Touré, entré en fin de match
Alioune Touré, entré en fin de match (Ch. Gavelle)
Le Virage Auteuil à l'entrée des joueurs
Le Virage Auteuil à l’entrée des joueurs (Mouvement Ultra)

Vidéo :


Compte-rendu (psg.fr) :

Paris se met à l’allure d’été

Sans une seule de ses recrues estivales, le premier Paris d’Halilhodzic a été un modèle de prudence. Avec cinq défenseurs, l’entraîneur parisien a certainement voulu un peu rassurer dans les rangs de cet effectif qui, logiquement, se cherche encore. Il n’y a pas eu de but donc, pas plus que de nouvelles têtes, mais on ne chasse aussi facilement quelques vieux démons.

Si la prudence a guidé les premiers pas d’Halilhodzic, un premier constat s’impose : il n’y a rien perdu autant qu’il n’y a rien gagné. En se passant même de la moindre recrue de l’intersaison – ce qui est historique en soi pour le PSG – c’est avec une majorité d’hommes de l’exercice passé qu’il avait choisi de s’offrir à son nouveau public. Pour mieux les ressusciter ? Allez savoir.
Halilhodzic a donc opté pour la prudence. Jusqu’au dernier instant le premier technicien parisien a mûrement réfléchi des choix stratégiques qui évidemment ne s’inscriront pas dans la durée. Sans Pierre-Fanfan, présent par ailleurs dans les tribunes aux côtés du Lillois Abidal, ni son artilleur en chef, Pauleta, l’entraîneur parisien sait qu’il doit « soigner le départ ». Ceci peut expliquer cela.
Reste que l’on attend toujours un peu plus de Paris, plus encore lorsqu’il se dévoile aux yeux des siens. Mais de tout cela Bastia n’en prend pas ombrage, bien au contraire, et en invité de la première heure les Corses offrent même les premiers coups d’accélérateur à l’électroencéphalogramme du jour.

La tête de Diawara

Après que le capitaine Battles trouve en Hadji un bon relais pour dévier à Ben Saada, ce dernier oblige Alonzo à un premier arrêt reflex dans ses seize mètres, heureusement pour Paris, le jeune attaquant corse était sur son mauvais pied (10e).
La deuxième alerte arrive sur un bon coup-franc situé à l’entrée de la surface. Maurice qui est parvenu à se retourner devant El-Karkouri offre à Battles l’occasion de tourmenter Alonzo, mais son tir est dévié par le mur parisien (19e).
Alors si Paris n’a pour le moment pas offert de quoi se faire se lever de son siège, il n’empêche que la détermination dont fait preuve la formation d’Halilhodzic retse un gage d’espoir. Et ce Paris combattant commet même deux fois plus de fautes que Bastia (14 contre 7 en première période). Mais tout cela ne paye pas encore, et il s’en faut d’un poing bien ferme que El-Karkouri ne prenne Alonzo à contre-pied après avoir dévié un centre de Vanney (27e).

Ce qui manque d’être un mauvais coup du sort ranime certaines vertus jusqu’alors absentes. Et dans la même minute de jeu, c’est une reprise de volée d’Ogbeche qui échauffe les gants neufs de Penneteau, après que Diawara, dos au but, lui ait parfaitement remis de la poitrine.
L’éclair, croit-on, peut redonner des couleurs à Paris, mais là encore on se trompe. Car ce sont deux anciens parisiens qui vont donner le tournis à Paris l’espace d’une seconde. Comme il a franchi les Alpes, Cauet remonte à grandes enjambées le ballon au milieu du terrain. En appui, il trouve Maurice qui échappe à ses gardes pour s’en aller battre Alonzo à bout portant. Mais l’un des assistants de Monsieur Auriac le considère hors-jeu, si bien que le but est tout de suite invalidé (35e). Paris s’en sort bien. Exactement comme Penneteau qui est bien content de voir le tir d’Ogbeche dévié par une tête croisée de Diawara, filer doucement à gauche de son poteau (41e).

Aucun tir cadré en deuxième mi-temps !

Si le dernier quart d’heure montre quelques signes encourageants, la deuxième période ne sera pas du même acabit. Pour preuve, cette terrible statistique : aucun tir cadré au terme de ces dernières quarante-cinq minutes. C’est dire que Bastia qui pourtant n’a jamais gagné au Parc est passé près de réussir un joli exploit. Mais il n’en sera donc rien, car les filets ne trembleront pas. Les tentatives corses (un seul tir cadré dans la période) ne répondant que peu aux atermoiements parisiens. C’est dire qu’il s’agissait bien d’une première.
Il y aura bien une première reprise de Ben Saada (52e) pour égayer ce début de deuxième période, mais pour les secousses cardiaques faudra repasser. Déhu (tir lointain, 58e), Paulo Cesar (enchaînement contrôle-frappe, 67e) et surtout Fiorèse bien lancé par Reinaldo – le Brésilien a fait une bonne entrée en jeu – qui ne pourra bien armer son tir sous la pression de Saveljic (74e). La confusion, voilà le mot qui définit le mieux ce qu’il restera d’occasions à inscrire au tableau de chasse corse et parisien.

C’est donc à une allure estivale, comme l’avait imaginé cette semaine l’entraîneur parisien, que sa troupe a rendu sa première copie. Loin d’être emballant, le rendu a confirmé que la préparation d’avant saison pesait dans les jambes, et qu’il faudra encore un peu de patience avant d’y retrouver ses petits. Mais rien d’inquiétant donc, la mention « peut mieux faire » fera office de léger avertissement en même temps qu’elle rassure sur les capacités de l’élève parisien. La route est encore longue, la patience et la travail seront ses meilleurs alliés. Et puis, la rentrée des classes n’a fait que sonner.

Réactions :

Vahid Halilhodzic (Manager sportif du PSG)
 » Nous ne sommes pas encore tout à fait prêts, et ce match nul est somme toute logique. Je ne suis pas trop déçu car mes joueurs ont donné le maximum, mais j’ai vu trop d’approximations. Il est certain qu’un joueur comme Pauleta nous aurait fait beaucoup de bien. C’est dommage car nous voulions tellement cette victoire, notamment pour les supporters. Peut-être que nous la voulions même de trop… C’est difficile à dire. Mais je n’ai vraiment rien à reprocher à mes joueurs, je ne peux que féliciter leur engagement et leur comportement. Il ne faut pas oublier que nous avons également pris quelques risques en manquant certaines relances dans l’axe. Sous cette chaleur, il faut féliciter les joueurs des deux équipes, car cela peut expliquer que nous manquions un peu de rythme, et de vivacité dans nos enchaînements. Face à une équipe de Bastia qui jouait très bas, j’ai préféré faire jouer El Karkouri plutôt que Pierre-Fanfan. Je pense que Talal est meilleur que José dans le jeu long. J’ai vu pas mal de choses intéressantes, mais pas encore suffisantes pour remporter une rencontre de Ligue 1. Si nous avions eu un peu de chance en ouvrant le score, nous aurions peut-être vu des espaces s’ouvrir à nous. Certains de mes joueurs avaient peut-être aussi un peu peur du Parc. Nous devons créer une ambiance un petit peu hostile ici, et faire de ce stade notre jardin.  »

Gérard Gili (Entraîneur de Bastia)
 » C’est un très bon match nul pour Bastia. Nous avons vu que l’équipe du PSG n’était pas encore en place, et nous aurions pu faire un meilleur résultat ce soir. Nous nourrissons quelques regrets car le but de Florian Maurice est bel et bien valable. Mais notre objectif principal était de ne pas subir le jeu, ce que nous avons su faire. Il faut également prendre en compte la chaleur et le fait que les joueurs avaient des conditions physiques différentes. Je suis vraiment très content de mon équipe.  »

Jérôme Alonzo (Gardien de but du PSG)
 » Nous avons été irréprochables sur le plan de l’état d’esprit. Le maillot a été mouillé, et bien mouillé. J’en veux pour exemple que Lionel Letizi (pourtant non inscrit sur la feuille de match) était dans le vestiaire dès 18h15 pour préparer cette rencontre avec nous tous. Il ne faut pas oublier que nous aurions également pu perdre ce match car le but de Florian Maurice était valable. Cela ne restera donc pas le meilleur match de la saison du PSG, mais dans ce contexte un match nul n’est pas un aussi mauvais résultat que cela. Mais nous allons vite avancer. L’arrivée d’un joueur comme Pauleta va par exemple nous faire beaucoup de bien. J’en ai déjà marre qu’il me marque des buts à l’entraînement alors j’ai hâte qu’il le fasse avec d’autres gardiens ! Je ne m’inquiète pas, j’ai vu pas mal de champions débuter par un mauvais résultat.  »

Kaba Diawara (Attaquant du PSG)
 » Je trouve que nous avons plutôt réalisé de bons débuts. Il ne fallait pas s’attendre à ce que tout roule tout de suite, et à ce que nous cassions tout. Pour ma part, j’ai reçu beaucoup de ballons aériens et j’ai tenté de remiser. Mais cela n’a pas été évident. Aussi bien collectivement qu’individuellement, nous pouvons encore faire beaucoup mieux. Il va falloir progresser dans l’animation offensive, être plus percutants et meilleurs dans la finition. Mais j’ai confiance, nous allons être de mieux en mieux.  »

Nisa Saveljic (Défenseur de Bastia)
 » Je suis un peu déçu car le but de Florian Maurice était tout à fait valable. Nous avons bien maîtrisé le ballon et c’est peut-être ce qui explique ce résultat. Ce n’est pas une surprise car nous avons beaucoup travaillé. Il faut continuer sur cette lancée et ce, dès la semaine prochaine. C’est une bonne chose que nous ayons affronté le PSG chez lui pour la première journée puisqu’il leur manquait beaucoup de pièces essentielles tels que Pauleta ou M’Bami. Je suis sûr que l’équipe de la capitale gagnera quelque chose cette année.  »

Frédéric Née (Attaquant de Bastia)
 » Je suis content de ce résultat même si nous méritions un peu plus. Je suis ravi de retrouver cette équipe de Bastia, et j’espère jouer plus de dix minutes la prochaine fois. Les Parisiens ont encore du travail à faire mais je leur souhaite malgré tout une bonne saison.  »


Le stade :

Le Parc des Princes
Le Parc des Princes

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s