Montpellier – PSG 1-1, 09/08/13, Ligue 1 13-14

Lucas à la lutte avec l'ancien parisien Tiéné, sous les yeux d'un Laurent Blanc flegmatique

Vendredi 09.08.2013, Championnat de France, Ligue 1, 1re journée (9e place)
à Montpellier, au Stade de la Mosson :
MONTPELLIER H.S.C. – PARIS SAINT-GERMAIN F.C.  1:1 (1:0)
– 27 717 spectateurs. Buts : Cabella, 10′ ; Maxwell Scherrer, 60′.
L’Équipe du PSG : Salvatore Sírigu – Christophe Jallet, Alex Costa, Thiago Silva, Maxwell Scherrer – Lucas Moura (Adrien Rabiot, 86′), Marco Verratti (Hervin Ongenda, 76′), Blaise Matuidi, Javier Pastore – Zlatan Ibrahimović, Ezequiel Lavezzi (Edinson Cavani, 72′). Entraîneur : Laurent Blanc.
Avertissements à Javier Pastore et Marco Verratti.
Expulsion : El Kaoutari, 72′.


Maillot utilisé :

Maillot extérieur 2013-14 (collection MaillotsPSG)
Maillot extérieur 2013-14 (collection MaillotsPSG)

Photos du match :

Christophe Jallet coupe la trajectoire de Cabella
Christophe Jallet coupe la trajectoire de Cabella (Ch. Gavelle)
Blaise Matuidi et Stambouli luttent pour le ballon
Blaise Matuidi et Stambouli luttent pour le ballon (Ch. Gavelle)
Zlatan Ibrahimovic au duel avec Marvaeaux
Zlatan Ibrahimovic au duel avec Marvaeaux (Ch. Gavelle)
Edinson Cavani
Edinson Cavani (Ch. Gavelle)
Lucas à la lutte avec l'ancien parisien Tiéné, sous les yeux d'un Laurent Blanc flegmatique
Lucas à la lutte avec l’ancien parisien Tiéné, sous les yeux d’un Laurent Blanc flegmatique (Ch. Gavelle)

Vidéos (source: PSGzine, les buts et le résumé ) :


Compte-rendu (psg.fr) :

UN AIR DE DÉJÀ VU

Comme la saison dernière, et avec à l’arrivée Maxwell et Cabella de nouveau buteurs, Montpellier et Paris se partagent un point à La Mosson (1-1). Le club de la capitale aura réalisé 45 dernières minutes très prometteuses, avec notamment les premiers pas de Cavani.

Les deux derniers champions de France opposés, 33 000 personnes en tribunes, 25 degrés au thermomètre, le tout sur un véritable billard : on s’attendait à une soirée de gala pour le coup d’envoi de la Ligue 1. Gagné ! Pendant 90 minutes, on aura assisté à un premier duel hexagonal très enlevé, souvent plaisant et surtout à deux visages.

Côté pile, l’engagement et la détermination montpelliéraine, dans l’entame de match. La première alerte est pailladine et signée d’un certain Tiéné, qui bute une première fois sur Sirigu (3e), son ancien coéquipier dans la capitale.

Un premier coup de chaud avant de voir La Mosson en ébullition sur l’ouverture du score opportuniste de Cabella, qui trompe Sirigu dans un angle très fermé (1-0, 10e).
Jallet en force (13e) puis surtout Ibrahimovic répliquent, mais le numéro 10 parisien voit sa frappe à ras de terre aux 25 mètres détournée du bout des gants en corner par Jourdren (28e) !

Cabella, danger numéro 1 côté héraultais, que l’on retrouve à la conclusion d’un mouvement collectif, avec cette fois la finition en moins pour quelques centimètres seulement (39e).
Voilà donc pour le côté pile, vous l’aurez compris à l’accent sudiste, en témoigne le tableau d’affichage à la pause (1-0).

Au retour des vestiaires, changement de physionomie, et place au côté face de ce choc des champions. Avec, cette fois, une très forte tonalité parisienne…

Ibra tout d’abord d’un missile de 30 mètres sur coup-franc (48e) puis Lucas, là aussi sur coup de pied arrêté (54e), flirtent avec l’égalisation.

On attaque alors tout juste l’heure de jeu, et Paris va matérialiser sa domination. Pastore d’un ballon millimétré trouve la tête d’Ibra aux 6 mètres, qui remise sur Maxwell. A bout portant, le Brésilien expédie le ballon au fond et s’offre un nouveau but à La Mosson (1-1, 60e) !

Tout est alors remis à zéro et au fil des minutes, le Paris Saint-Germain accélère encore et toujours. Un peu trop sans doute pour El Kaoutari, qui perd son sang-froid et quitte ses coéquipiers après un second avertissement (72e).

Montpellier, diminué, est alors sous pression car depuis quelques secondes un nouveau danger guette dans sa surface. Une menace qui porte le nom de Cavani, entré en jeu en remplacement de Lavezzi pour épauler Ibrahimovic (71e).

Les premiers pas du « Matador » sous la tunique parisienne qui auraient pu être tout simplement dantesques, si Tiéné n’avait pas contré in extremis la première tentative en déséquilibre de l’Uruguayen qui prenait la direction de la cage de Jourdren (75e) !
Dans une fin de match à sens unique, on retiendra cette frappe soudaine de Pastore venue tutoyer le poteau droit du gardien du MHSC (85e). Avant cette énorme dernière opportunité sur corner pour le onze de Laurent Blanc, mais la tête smashée de Rabiot est finalement captée sur sa ligne par Jourdren (90e+2) !
Après 90 minutes très enlevées et parfois spectaculaires, ce baptême du feu en Ligue 1 se conclue donc à l’équilibre. Un scénario qui fait clairement écho au dernier épisode sur cette même pelouse entre les deux clubs. Un air de déjà vu donc, et au regard de la fin de rencontre des Rouge et Bleu, on attend la suite avec impatience.

Le public parisien aussi on imagine. Le Parc devrait résonner pour la première sortie de ses champions à domicile face à Ajaccio dans dix jours …

Réactions (léquipe.fr) :

«Laurent Blanc, que vous inspire ce match nul à Montpellier ?

On aurait espéré un meilleur résultat. Mais le PSG a fourni trop peu de jeu à mon goût en première période. Il y a eu un manque de simplicité, avec sans doute un trop grand désir de toucher le ballon. Sur ce que nous avons fait au milieu et en attaque, lors de ces quarante-cinq premières minutes, il y aurait beaucoup à dire. On a tenté des choses compliquées face à une équipe de Montpellier bien regroupée dans l’axe.

Montpellier a en revanche fourni une première période de qualité, en ouvrant le score au bout de dix minutes…

Les Montpelliérains ont affiché en première période une meilleure fraîcheur physique. Ils ont ensuite perdu en intensité. N’oubliez pas que certains de mes joueurs ont repris l’entraînement tardivement. Mais je ne pense pas que notre première période vienne d’un problème physique. Mais dans le football, le plus difficile, c’est de marquer. Il faudra donc que nous soyons plus efficaces, car ce genre de match, on risque de le revoir.

Avez-vous apprécié la seconde période de votre équipe ?

On a réussi à égaliser. Nous avons également eu beaucoup plus le ballon, à avoir plus d’occasions.

Qu’avez-vous pensé de l’entrée de Cavani à vingt minutes de la fin ?

Cavani, c’est un buteur. Il a eu une occasion de but (73e), c’est dommage qu’il n’ait pas marqué. Mais son entrée a apporté de la profondeur. Il a besoin de temps et de jouer pour améliorer ses automatismes. C’est un joueur que les défenses vont surveiller, et cela va libérer des espaces pour les autres.»


Le stade :

Le stade de La Mosson-Mondial 98
Le stade de La Mosson-Mondial 98

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s