PSG – Red Star 3-1, 10/11/73, Division 2 73-74

Armando Monteiro (archives MK)

Samedi 10.11.1973, Championnat de France, Division 2, Groupe B, 13e journée (2e place)
à Paris, au Parc des Princes :
PARIS SAINT-GERMAIN F.C. – RED STAR F.C.  3:1 (1:0)
– 33 872 spectateurs (match joué en lever de rideau). Buts : Othniel Dossevi, 15′ ; Armando Monteiro, 56′, Combin, 67′ sur penalty, Jean Deloffre, 75′.
L’Équipe du PSG : Camille Choquier – Bernard Béreau, Jacky Bade, Jean-Louis Léonetti, Louis Cardiet – Jacky Laposte, Jean Deloffre, Jean-Pierre Dogliani – Christian André, Othniel Dossevi, Armando Monteiro. Entraîneurs : Just Fontaine et Robert Vicot.


Maillot utilisé :

Maillot domicile 1973-74
Maillot domicile 1973-74

Photos du match :

La joie d'Othniel Dossevi et de Christian André après l'ouverture du score du premier nommé
La joie d’Othniel Dossevi et de Christian André après l’ouverture du score du premier nommé
Armando Monteiro (archives MK)
Armando Monteiro (archives MK)

Vidéo :


Compte-rendu (L’Equipe) :

Paris-S.-G. a dominé le Red Star

Etre leader invaincu et encaisser sa première défaite, avec bonus, devant une foule record et des pieds de son dauphin, telle est la mésaventure du Red Star qui, de plus, a joué le plus mauvais match de sa saison. Bernard, se domne une entorse à une cheville dès le départ. Houen, touché aux côtes puis remplacé par le jeune Lefebvre (qui jouait ainsi son premier match en 1973), autant de péripéties qui peuvent expliquer la faible production audonienne.

Pourtant, le Red Star a eu un quart d’heure de plénitude pendant lequel il méritait de marquer son but (plutôt que par penalty à la mi-temps suivante). Houen, par deux fois, Grabowski (tir sur le poteau), Combin auraient pu marquer pendant cette période. Il n’en fut rien, seule une série de corners inexploitée en résulta.

Cela fait, le Red Star, surtout en deuxième mi-temps — où il encaissa deux autres buts —, fut le plus souvent dominé et berné par les hors jeu astucieusement joués par les Saint–Germanois. Si l’on excepte le jeune Ahache, aussi bon en défense qu’en contre-attaque, Laudu et Bras, tous les autres furent méconnaissables, même Jarra, le métronome de l’ensemble à l’accoutumée.

Un rayonnant Paris-S.-G.

Mais la cause principale de cette mauvaise sortie du leader est surtout l’équipe d’en face, qui opéra de façon très intelligente, avec une assurance constante et un enthousiasme qui n’empêchaient pas le talent. Fontaine et Vicot peuvent être fiers de leurs joueurs qui ont joué le match comme il le fallait, à l’image de Léonetti et de Dogliani. Deux anciens qui jouèrent comme des juniors. Ajoutez Cardiet, astucieux et technicien magnifique, Deloffre, organisateur de cette attaque, Laposte, un milieu de terrain ébouriffant et autour de ça, des hommes en bonne forme physique et au moral de gagnants, et vous aurez une image de ce Paris-S.-G. qui a attendu d’opérer devant un public extraordinaire pour étaler tout son savoir. Bien joué.

Chaque premier quart d’heure des deux périodes fut bénéfique pour Paris-S.-G. Certes, au départ (5′), André avait, déjà marqué un but, refusé pour hors jeu, et Dogliani avait tiré au-dessus, alors que Houen avait contraint Choquier à détourner en corner (7′), mais à la 15′, Deloffre servait Dossevi qui, plus prompt que Jarra, battait Laudu de près. Combin jugulé par Léonetti et Bras par Cardiet, l’attaque du Red Star bégayait, alors qu’André, à un mètre de Laudu ratait son tir (28′). Ce fut ensuite le quart d’heure du Red Star décrit plus haut avec un point d’orgue, quelques secondes avant le repos, un bolide de Laposte, qui provoquait une belle parade de Laudu.

A la reprise, aprés une belle remise de Bras, qui tentait l’impossible, Ahache plaçait le meilleur tir audonien et, une fois de plus, ce quart d’heure fut St-Germanois. A la 56′ minute. Dogllani lançait Cardiet qui, en position d’ailier, centrait, et Monteiro, de la tête, ajoutait le deuxième but.

Lefebvre. qui venait de remplacer Houen, essayait bien son tir, mais trop croisé pour inquiéter Choquier, par ailleurs très bien protégé. Tellement meme qu’à la 67′, le gardien étant battu, Léonetti réussissait à dégager sur la ligne même; une phase confuse se créait, Cardiet fautait sur Ducoing et c’était le penalty. Combin (très malheureux et maladroit jusqu’alors) marquait le seul but audonien.

Ou crut à une égalisation possible du Red Star, mais Paris-S.-G. reprenait son ascendant, Monteiro gâchant même une belle action André-Dossevi et ce fut le coup de grâce : sur une touche, Cardiet donnait le ballon à Deloffre qui, d’un tir soudain, ne laissa aucune chance à Laudu. Garrigue, réclamant le hors jeu, écopa d’un avertissement (75′).

Bonus acquis et continuant à mener le jeu, Paris-S.-G. devait finir tambour battant. l’arrière Béréau venant méme inquiéter Laudu d’un tir très appuyé. Choquier s’illustrant peu après sur un tir de Lefebvre. Ce fût là le chant du cygne audonien, Paris-S.G., avec le calme de vieux briscard, conservant sa supériorité et une victoire aussi bien construite que concrétisée.

Mais l’important aussi a été que ce match, qui se déroula dans la meilleure ambiance, a séduit la grande foule du Parc, qui a découvert ou retrouve deux équipes de la capitale capables de donner un très bon spectacle en pratiquant un football agréable.


Le stade :

Le Parc des Princes
Le Parc des Princes

Lien :

La fiche du match sur psg.canal-historique


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s