PSG – Le Havre 1-0, 15/01/03, Ligue 1 02-03

Jérôme Leroy balle au pied

Mercredi 15.01.2003, Championnat de France, Ligue 1, 22e journée (8e place)
à Paris, au Parc des Princes :
PARIS ST-GERMAIN F.C. – LE HAVRE A.C.  1:0 (1:0)
– 33 398 spectateurs. But : José Aloísio, 36′.
L’Équipe du PSG : Lionel Letizi – Lionel Potillon, Frédéric Déhu, Mauricio Pochettino, Gabriel Heinze – Hugo Leal, Alex Nyarko, Jérôme Leroy, André Luiz (Laurent Leroy, 75′) – Fabrice Fiorèse (Alioune Touré, 82′), José Aloísio (Francis Llacer, 75′). Entraîneur : Luis Fernandez.
Avertissements à André Luiz, Lionel Letizi, Alex Nyarko et Lionel Potillon.


Maillot utilisé :

Maillot domicile 2002-03 (collection MaillotsPSG)
Maillot domicile 2002-03 (collection MaillotsPSG)

Billet :

0203_PSG_LeHavre_billet


Programme :

(collection La Mémoire du PSG)
(collection La Mémoire du PSG)

Photos du match :

Tir de Lionel Potillon
Tir de Lionel Potillon (Ch. Gavelle)
André Luiz
André Luiz (Ch. Gavelle)
Jérôme Leroy balle au pied
Jérôme Leroy balle au pied (Ch. Gavelle)
Hugo Leal
Hugo Leal (Ch. Gavelle)
Le Virage Auteuil
Le Virage Auteuil

Compte-rendu (psg.fr) :

C’est déjà beaucoup !

L’essentiel est là. Depuis la réception de Lyon le 4 décembre dernier (2-0), jamais les joueurs de Luis Fernandez n’avaient réussi à empocher les trois points. Ce soir, ce ne fut pas parfait, certes, mais avec cette victoire le PSG va enfin pouvoir travailler dans la sérénité. Buteur au match aller, José Aloisio a également retrouvé le chemin des filets après une longue période de disette.

Ouf ! C’est à peu de choses près le soulagement qu’émis d’un seul homme les 33.000 spectateurs du Parc après un ultime cafouillage dans la surface de Letizi lors des arrêts de jeu. Un dégagement opportuniste de Potillon devant Le Tallec qui évita à Paris de broyer du noir. Ouf effectivement, car malgré de nombreuses occasions, jamais le PSG n’a su se mettre à l’abri d’un retour havrais.

Il faisait un temps à ne pas mettre un supporter dehors. Le fin crachin qui s’est abattu sur la capitale, mêlé à une température proche du zéro, le tout pour un mercredi soir, expliquent certainement pourquoi le Parc sonne étrangement creux au moment du coup d’envoi. Mais qu’importe, Boulogne et Auteuil sont là pour réchauffer l’ambiance.

Paris ne met d’ailleurs pas longtemps à trouver le chemin du but havrais. C’est tout d’abord Aloisio qui profite d’une mésentente entre Hénin et Diawara pour se présenter seul face à Vencel. L’attaquant parisien ne peut cependant ajuster à bout portant l’ancien gardien strasbourgeois (4e). Dans le foulée, Fiorèse enfonce le côté gauche de la défense normande et hésite quelques secondes entre le centre et le tir. Le temps nécessaire à Vencel pour se jeter dans les pieds de l’attaquant parisien (6e). Dommage, d’autant plus que les premiers sifflets se font déjà entendre.

Paris accuse le coup

La domination est toujours Rouge et Bleu. La lourde frappe d’Hugo Leal est repoussée des deux poings par Vencel dans les pieds de Fiorèse qui, sur sa lancée, n’arrive pas à trouver le cadre (15e). Trois occasions nettes en quinze minutes mais toujours pas de but. Confiance quand tu nous fuis ! Alors forcément, Paris accuse le coup et traverse une période de flottement. Une puissante frappe de Paisley ou encore un raid en solitaire de Sinama-Pongolle rappellent les Parisiens à plus de rigueur. Rien de bien inquiétant pourtant.

La délivrance arrivera finalement sur un coup de pied arrêté. Hugo Leal, dans toutes les bonnes actions ce soir, dépose le ballon sur la tête d’Aloisio. Cette fois-ci Vencel n’a d’autre solution que d’aller chercher le cuir au fond des filets (38e). Le Brésilien, pas épargné par les blessures cette saison, peut embrasser l’écusson du club et aller célébrer ce but avec son public. Le compteur de l’attaquant à la boucle d’oreille en or était resté bloqué depuis son doublé lors de PSG-Guingamp (5-0) en octobre dernier. C’est aussi le 199e but d’un brésilien sous les couleurs du PSG. A quand, et surtout pour qui le 200e ?
Des occasions, pas de but

Pas de changement en seconde période. Les mêmes joueurs sont sur le banc, et la même équipe domine les débats sur le rectangle vert. La confiance qui semblait fuir les attaquants parisiens semble même parfois bien loin, à l’image de cette frappe sans contrôle d’Aloisio bien repoussée par Vencel (54e). Le manque de réussite est en revanche toujours bien présent. Les occasions s’accumulent, pas les buts. Mais le PSG a le mérite de jouer et enchaîne même parfois quelques bonnes séquences à une touche de balle.

Dans le dernier quart d’heure, Luis Fernandez remplace son buteur Aloisio par Laurent Leroy et Andre Luiz par Llacer. Le moment est donc venu pour Paris de tenir le score et les trois points qui vont avec. Une tête de Le Tallec bien captée par Letizi rappelle aux Parisiens que rien n’est acquis (80e). Le PSG l’a trop souvent appris à ses dépens. La fin de rencontre est crispée et crispante à souhait. Les Havrais tentent crânement leur chance collectivement, contrairement aux Parisiens qui jouent la carte individuelle. La peur de mal faire certainement.

Un ultime rush des deux Leroy, suivi d’une tête de Le Tallec dans les arrêts de jeu n’inverseront pas la tendance. Paris tient sa première victoire de l’année en championnat. Pas forcément convaincante, elle a tout de même le mérite de relancer le PSG vers le haut du classement. Et c’est déjà beaucoup !

Réactions :

Luis Fernandez (Entraîneur-manager du PSG)
« J’ai trouvé la performance de mes joueurs excellente, et j’en veux pour preuve le fait que le meilleur homme du match soit Vencel. Nous avons produit du jeu, trouvé des enchaînements, de la fluidité, tout en étant sérieux derrière. Ce n’est pas facile de mener rapidement et de ne pas parvenir à doubler la mise. Mais je dis souvent que lorsque l’on se crée autant d’occasions, c’est que l’on y met l’envie. Ce championnat reste toujours aussi ouvert, et c’est pour cela qu’il faudra confirmer à Nice la semaine prochaine. Les sifflets à la fin du match ? Ils sont l’œuvre d’une minorité qui est plus spectatrice que supporter. Les seuls vrais, ils sont à Auteuil et Boulogne. »

Jean-François Domergue (Entraîneur du Havre)
« Nous étions venu ici pour essayer de les contrarier avec un schéma de jeu intéressant. Mais après une bonne entame de jeu, nous avons connu un passage à vide, avant de rectifier le tir mais d’encaisser ce but. Je suis déçu car nous n’avons pas su bien mettre en place notre schéma de jeu. Et puis lorsque l’on encaisse un but sur coup de pied arrêté, notre responsabilité collective est engagée. Mais dans l’ensemble, nous avons démontré de bonnes qualités morales, sans être timorés. Nous voulions faire un coup mais tant pis… La victoire de Paris n’est tout de même pas illogique. »

Mauricio Pochettino (Défenseur et capitaine du PSG)
« Je suis très content de cette victoire. Ce soir, le plus important était les trois points. C’est vrai que nous avons eu beaucoup d’occasions et que nous nous sommes mis dans une situation délicate en ne doublant pas la mise, mais je trouve que nous avons réalisé un bon match. Nous avons certes pris le risque d’être rejoints dans les derniers instants, mais nous n’avons jamais eu peur. Nous avons tout de même dominé durant les 90 minutes, et c’est de bon augure. »


Le stade :

Le Parc des Princes
Le Parc des Princes

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s