PSG – Nancy 1-1, 03/10/09, Ligue 1 09-10

Stéphane Sessegnon taclé

Samedi 03.10.2009, Championnat de France, Ligue 1, 8e journée (7e place) à Paris, au Parc des Princes :
PARIS ST-GERMAIN F.C. – A.S. NANCY-LORRAINE  1:1 (1:1)
– 36 779 spectateurs. Buts : Y.Hadji, 14′, Stéphane Sessègnon, 18′.
L’Équipe du PSG : Grégory Coupet – Marcos Ceará, Sammy Traoré (Christophe Jallet, 56′), Mamadou Sakho, Sylvain Armand – Ludovic Giuly (Clément Chantôme, 68′), Claude Makélélé, Jérémy Clément (Younousse Sankharé, 84′), Stéphane Sessègnon – Péguy Luyindula, Guillaume Hoarau. Entraîneur : Antoine Kombouaré.
Avertissement à Péguy Luyindula.


Maillot utilisé :

Maillot domicile 2009-10 (collection MaillotsPSG)
Maillot domicile 2009-10 (collection MaillotsPSG)

Photos du match :

Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2009/1897/20713/match/PSG-Nancy/PSG-Nancy-1-1)
Péguy Luyindula (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2009/1897/20713/match/PSG-Nancy/PSG-Nancy-1-1)
Guillaume Hoarau cerné… (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2009/1897/20713/match/PSG-Nancy/PSG-Nancy-1-1)
Sylvain Armand domine son vis-à-vis de la tête (Ch. Gavelle)
Stéphane Sessegnon taclé
Stéphane Sessegnon taclé

Compte-rendu (psg.fr)  :

En concédant un 3e match nul consécutif, le PSG fait du surplace au classement, malgré une nette domination dans le jeu face à des Nancéiens réalistes.

Placé sous le signe de la solidarité, ce PSG-Nancy laisse donc un arrière-goût amer aux supporters parisiens. Supérieurs dans le jeu, les hommes d’Antoine Kombouaré n’ont pas su concrétiser leurs occasions et cèdent ainsi du terrain sur les équipes de tête. Malgré trois points de pris sur douze (une défaite à Monaco et des résultats nuls contre Lyon, Lorient et Nancy), le PSG reste cependant cinquième de L1 en attendant les autres résultats de la 8e journée de L1.

Le PSG a pourtant prouvé une fois de plus qu’il avait du caractère. Il n’a en effet fallu que quatre minutes à Sessegnon pour répondre à Hadji qui a profité d’être seul au 2e poteau pour ouvrir le score (0-1, 14e). La réaction parisienne est donc immédiate puisque Bracigliano détourne la frappe de Luyindula dans les pieds de Sessegnon, qui n’a plus qu’à glisser le ballon au fond (1-1, 18e). Le plus difficile ne vient-il pas d’être fait pour les coéquipiers de Makelele ?

Le quatuor offensif parisien combine bien lors de cette première période alors que les Nancéiens se font rares dans la surface de Grégory Coupet. Il faut ainsi un retour in extremis de Brison devant sa ligne de but pour jouer les pompiers de service sur une frappe de Luyindula (36e).

Si le jeu parisien semble moins fluide en seconde période, Antoine Kombouaré peut toujours compter sur les exploits individuels de Sessegnon pour faire sauter le verrou lorrain. Alors que Traoré cède sa place à Jallet (56e), Bracigliano est tout heureux de constater que le missile de Sessegnon passe à un cheveu de sa lucarne (63e).

A l’exception d’un déboulé de N’Diaye qui manque son face à face avec Coupet (84e), la fin de match est à sens unique. Jallet d’une frappe lointaine (83e), Hoarau de la tête (89e) et surtout Sessegnon à l’entrée de la surface (90e)… tous ont cru permettre à Paris d’empocher les trois points. En vain. Paris a maintenant quinze jours pour préparer deux déplacements consécutifs, à Toulouse et Marseille.

Réactions (lequipe.fr) :

Antoine Kombouaré a reconnu, samedi, après le nul contre Nancy (1-1), que son équipe «patinait beaucoup», avec ses trois points en quatre matches. «Parfois, il faut mieux perdre et gagner ensuite. Ce n’est pas faute d’essayer, a témoigné l’entraîneur du PSG. On va de l’avant, on se crée des occasions mais la réussite, il faut la provoquer. On a du mal à faire la différence et à se libérer. On veut aller trop vite, on se précipite et, dans ces cas-là, on a du déchet.»

«Il y a peut-être un problème de confiance, s’interroge-t-il. Les attaquants exercent un gros pressing défensif. Cela soulage les défenseurs mais après, il faut avoir les jambes et la lucidité pour faire la différence devant le but. On a clairement un manque de réussite mais j’aime la façon dont on joue. C’est ça que je regarde, pas le classement.»

Pablo Correa, son homologue, s’est dit «content d’avoir retrouvé la solidarité que nous avions oubliée». «Paris a frappé vingt-trois fois et cadré seulement quatre fois, a aussi observé l’Uruguayen. Donc on a pas mal profité de la maladresse de l’adversaire. Je sens que mon équipe a retrouvé du courage. On arrive toujours à marquer. Paradoxalement, on l’a fait en première période et on s’est amélioré en deuxième, notamment au milieu. Au vu de tous nos changements opérés en début de saison, c’est bien.»


Le stade :

Le Parc des Princes
Le Parc des Princes

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s