Nantes – PSG 1-1 (3-4 tab), 28/04/04, Coupe de France 03-04

0304_Nantes_PSG_CdF_Leitizi

Mercredi 28.04.2004, Coupe de France, demi-finale à Nantes, au Stade de la Beaujoire (Louis-Fonteneau) :
F.C. NANTES-ATLANTIQUE – PARIS SAINT-GERMAIN F.C.  1:1  après prolongations (0:0, 1:1)
4 tirs au but à 3 pour le Paris Saint-Germain FC
– 35 265 spectateurs. Buts : Fabrice Fiorèse, 50′, Yepes, 90′.
Tirs au but : Nantes, réussis (Toulalan, Yepes, Armand) ; manqués (Vahirua, Da Rocha, Faé, Berson), PSG, réussis (Déhu, Heinze, Sorin, M’Bami) ; manqués (Hugo Leal, Cana, B. Mendy)
L’Équipe du PSG : Lionel Letizi – Bernard Mendy, Frédéric Déhu, José-Karl Pierre-Fanfan, Gabriel Heinze – Fabrice Fiorèse (Alioune Touré, 85′), Lorik Cana, Modeste M’Bami, Juan Pablo Sorin – Reinaldo da Cruz (Éric Cubilier, 90′), Daniel Ljuboja (Hugo Leal, 79′). Entraîneur : Vahid Halilhodžić.
Avertissements à Gabriel Heinze, Bernard Mendy et Reinaldo da Cruz.


Maillot utilisé (avec les sponsors de la Coupe de France) :

Maillot domicile Coupe de France 2002-2004 (collection http://maillotspsg.wordpress.com)
Maillot domicile Coupe de France 2002-2004 (collection MaillotsPSG)

Billet :

(collection La Mémoire du PSG)
(collection La Mémoire du PSG)

Photos du match :

0304_Nantes_PSG_CdF_Mendy
Bernard Mendy face à Armand (Ch. Gavelle)
0304_Nantes_PSG_CdF_Sorin
Tacle parfait de Juan Pablo Sorin (Ch. Gavelle)
Fabrice Fiorese (P. Lahalle)
Fabrice Fiorese (P. Lahalle)
0304_Nantes_PSG_CdF_Ljuboja
Ljuboja et sa coupe si… euh… et sa coupe à la lutte avec Armand (Ch. Gavelle)
0304_Nantes_PSG_CdF_MBami
Modeste M’Bami en fâcheuse posture (Ch. Gavelle)
0304_Nantes_PSG_CdF_Cana
Lorick Cana (Ch. Gavelle)
0304_Nantes_PSG_CdF_PierreFanfan
José-Karl Pierre-Fanfan (Ch. Gavelle)
0304_Nantes_PSG_CdF_Toure
Alioune Touré, entré en toute fin de match, balle au pied (Ch. Gavelle)
0304_Nantes_PSG_CdF_Leitizi
Lionel Letizi stoppe le tir de Vahirua! (Ch. Gavelle)
0304_Nantes_PSG_CdF_Leitizi2
Le portier parisien, parti du bon côté, arrête la tentative de Da Rocha et envoie les siens au Stade de France! (Ch. Gavelle)
0304_Nantes_PSG_CdF_qualif
Les joueurs laissent éclater leur joie (Ch. Gavelle)
0304_Nantes_PSG_CdF_parcage
Les supporters parisiens présents à Nantes (Ch. Gavelle)

Vidéo :


Compte-rendu (psg.fr) :

Paris c’est fou !

Après s’être emparé de la deuxième place de L1, le PSG décroche à Nantes son billet pour le Stade de France au terme d’une demi-finale dantesque. Le but de Fiorèse (50e) aurait dû suffire à propulser le PSG à Saint-Denis, mais un coup de boule de Yepes dans les ultimes secondes en a décidé autrement. C’est finalement après la séance des tirs au but que Paris obtient son précieux sésame.

C’est une véritable leçon de courage qu’ont offert les joueurs du PSG sur la pelouse de la Beaujoire. Abattu après l’égalisation de Yepes à la 93e minute, Paris a finalement trouvé les ressources morales et physiques pour contrer les offensives nantaises lors de la prolongation, avant de finalement se qualifier au terme d’une séance de tirs au but marquée par deux arrêts décisifs de Letizi.

C’est donc une semaine après les autres compères du championnat de France, que les Parisiens partiront en vacances. Pour la deuxième saison de suite, le PSG disputera la finale de la coupe de France au Stade de France, avec on l’espère un dénouement plus heureux que lors de la saison dernière. Pourtant, la montagne jaune qui se dressait face aux Parisiens était de taille, plus motivée que jamais depuis la perte d’un trophée qui lui tendait les bras face à Sochaux.

La domination nantaise ne se fait d’ailleurs pas tarder. Après dix premières minutes de jeu marquées par une succession de fautes, Da Rocha lance véritablement cette demi-finale en plaçant une frappe de l’extérieur du droit qui file à droite du poteau de Letizi (9e). Une première alerte sans conséquence pour le portier parisien, mais révélatrice des bonnes intentions nantaises en ce début de match.

Fiorèse buteur

Privé de Pauleta, Vahid Halilhodzic a logiquement fait confiance à la paire Reinaldo-Ljuboja pour faire plier la charnière centrale du FCNA dirigée par l’excellent Yepes. En attendant, les attaquants nantais semblent les plus en verve. Fiorèse est ainsi obligé de tacler un ballon dans les pieds de Fae à l’entrée de sa propre surface de réparation (16e).

Yapi tente ensuite sa chance de loin. Mais c’était sans compter sur un impeccable Letizi, qui s’empare du ballon et rassure du même coup sa défense (35e). Après une première incursion dans l’arrière-garde nantaise (31e), Reinaldo combine avec Ljuboja avant de chercher ensuite Sorin au point de penalty (45e). Berson, bien revenu, coupe la trajectoire et envoie les deux équipes aux vestiaires sur ce score de parité.

Les quinze minutes de pause ont semble-t-il fait le plus grand bien aux Parisiens. Après un corner nantais bien négocié (47e), Sorin, déjà passeur face à Marseille, lance Fiorèse dans le dos de Yepes. Le virevoltant ailier parisien ne manque pas son face à face et ajuste Landreau d’une frappe croisée (50e). Dans la foulée Reinaldo trouve ce même Fiorèse dont la reprise de volée est cette fois-ci repoussée par le portier nantais (56e). Le K.-O. n’était pas loin !

M’Bami en dernier !

Si la possession de balle est nantaise, les occasions de buts sont, elles, parisiennes. Sans se montrer réellement dangereux, les attaquants Rouge et Bleu ont en effet le monopole des frappes au but. Après un enchaînement sombrero-tir (71e), Ljuboja tente sa chance sur coup-franc (73e). Les minutes s’égrènent lentement alors que l’apport offensif de N’Zigou est incontestable côté nantais. La vitesse du jeune canari gène considérablement l’arrière-garde parisienne, très attentive pour autant.
Alors que l’arbitre assistant indique quatre minutes de temps additionnel, Touré lance Reinaldo qui frappe en force sur Landreau (90e). Les Nantais jouent alors leur va-tout dans le peu de temps qui leur est imparti par Monsieur Sars.

Cruellement, c’est lors de la dernière minute de cette rencontre que Yepes s’élève plus haut que Déhu et lobe Letizi, trop avancé (93e). Les Parisiens avaient un pied au Stade de France, les revoilà partis pour trente minutes de prolongation.
Avec le seul Touré en pointe, Paris cherche désormais à placer quelques contres assassins. La tactique se révèle payante lorsque l’ancien nantais crochète Delhommeau et frappe du gauche… sur Landreau (99e). Mais rien à faire. D’un côté comme de l’autre les défenses prennent le dessus sur des attaquants aux jambes alourdies par cent vingt minutes de combat intense.

La fin, on la connaît. M’Bami, le septième tireur parisien, s’élance et ajuste Landreau. Les 36 000 spectateurs de la Beaujoire ont alors les yeux rivés sur Berson qui catapulte le cuir au dessus de la transversale de Letizi. Paris peut maintenant mettre de côté la coupe de France et se concentrer sur la fin du championnat. Le 29 mai, il sera alors temps de s’y replonger une dernière fois, et clore en beauté une saison déjà fantastique.

Réactions :

Francis Graille (Président du PSG)
« Fantastique, formidable, extraordinaire ! Les deux équipes nous ont offert un final à couper le souffle. Je suis très heureux pour les joueurs, pour le staff, pour nos supporters et pour Vahid. Encore une fois, bravo à tous ! Rendez-vous maintenant le 29 mai au Stade de France, en espérant que nous vaincrons le signe indien de l’année dernière. »

Vahid Halilhodzic (Entraîneur du PSG)
« Que d’émotions ! Il y a eu beaucoup de suspens et après, les penalties, c’est le Loto. Je suis fier de mes joueurs qui ont mis beaucoup d’énergie pour en arriver là. Je suis triste pour Loïc Amisse. Il s’agira de ma première finale de Coupe en tant qu’entraîneur, alors que j’en ai déjà disputé deux comme joueur, une perdue et une gagnée. L’an dernier, le PSG avait perdu cette finale, on aura donc à cœur de se racheter. Nantes a tout fait pour prendre sa revanche après son échec en coupe de la Ligue contre Sochaux. Nous avions l’occasion de faire le break en deuxième période, et puis nous avons encaissé bêtement ce but dans les arrêts de jeu. Ca nous a fait mal, peut-être le but qui nous a fait le plus de mal cette saison. Maintenant, il faudra gérer ces cent vingt minutes de jeu pour repartir du bon pied en championnat. »

Loïc Amisse (Entraîneur de Nantes)
« Cela fait partie du sport ! C’est une grosse déception. Nous avons trouvé les ressources pour revenir au score malheureusement les penalties ne nous ont pas réussi. Il faut l’accepter et repartir de l’avant. »

Lionel Letizi (Gardien du PSG)
« C’était dur physiquement. J’ai connu une demi-heure difficile en seconde mi-temps. Mais je dois remercier tous mes coéquipiers pour avoir rattrapé le coup après l’égalisation de Nantes. Pour moi, c’est une satisfaction d’arriver en finale. »

Fabrice Fiorèse (Milieu de terrain du PSG)
« Nous sommes passés aux forceps. Mais le plus dur reste à faire, car ce n’est pas tout d’aller au Stade de France pour jouer la finale, il faut la gagner. On en sait quelque chose pour l’avoir perdue l’an passé contre Auxerre. C’est une fin de saison excitante qui attend le PSG, on rêve tous de fin de saison identique. »

Mathieu Berson (Milieu de terrain de Nantes)
« Nous avions l’occasion de gagner ce match, mais on ne concrétise pas nos actions. Nous avons été solidaires, et nous n’avons finalement pas grand chose à nous reprocher. Nous nous inclinons lors des tirs au but, un exercice particulier pour lequel on manque peut-être d’expérience. C’est un « remake » du match de championnat contre le PSG. Il faut tourner la page au plus vite. »


Le stade :

Le Stade Louis-Fonteneau, dit La Beaujoire
Le Stade Louis-Fonteneau, dit La Beaujoire

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s