Lille – PSG 1-2, 02/09/12, Ligue 1 12-13

Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2012/2411/31059/match/Lille-Paris-1-2/Lille-Paris-1-2)

Dimanche 02.09.2012, Championnat de France, Ligue 1, 4e journée (8e place) à Lille, au Stade Pierre-Mauroy :
L.O.S.C. LILLE MÉTROPOLE – PARIS SAINT-GERMAIN F.C.  1:2 (1:2)
– 32 707 spectateurs. Buts : Zlatan Ibrahimović, 1′, Chedjou, 12′, Zlatan Ibrahimović, 21′.
L’Équipe du PSG : Salvatore Sírigu – Christophe Jallet, Alex Costa, Mamadou Sakho, Maxwell Scherrer – Thiago Motta, Marco Verratti (Adrien Rabiot, 71′), Javier Pastore (Nenê Carvalho, 66′), Blaise Matuidi – Jérémy Ménez (Kévin Gameiro, 81′), Zlatan Ibrahimović. Entraîneur : Carlo Ancelotti.
Avertissements à Thiago Motta et Marco Verratti.


Maillot utilisé (avec le patch « 80 ans ») :

Maillot extérieur 2011-12 (collection MaillotsPSG)
Troisième maillot 2012-13 (collection MaillotsPSG)

Photos :

Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2012/2411/31059/match/Lille-Paris-1-2/Lille-Paris-1-2)
Il n’aura fallu que 27 seconde à Zlatan Ibrahimovic pour trompet Landreau, ancien parisiens, sous les yeux de Digne… futur parisien! (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2012/2411/31059/match/Lille-Paris-1-2/Lille-Paris-1-2)
Marco Verratti dans son style caractéristique (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2012/2411/31059/match/Lille-Paris-1-2/Lille-Paris-1-2)
Javier Pastore déséquilibré par Digne (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2012/2411/31059/match/Lille-Paris-1-2/Lille-Paris-1-2)
Mamadou Sakho balle au pied (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2012/2411/31059/match/Lille-Paris-1-2/Lille-Paris-1-2)
Incursion dans la surface lilloise de Blaise Matuidi, en fin de match (Ch. Gavelle)

Vidéos (officiel Ligue 1, cliquez sur le lien dans la vidéo) :


Compte-rendu (lequipe.fr) :

Paris a sa référence

Vainqueur à Lille (2-1) sur un doublé d’Ibrahimovic, le PSG s’est offert la première victoire de sa saison. Il a surtout trouvé un match référence sur lequel s’appuyer à l’avenir, même s’il reste à régler quelques soucis défensifs.

Et dire qu’il n’est « pas à 100 % », comme l’a expliqué Carlo Ancelotti… A le voir les mains sur les genoux ou sur les hanches, Zlatan Ibrahimovic n’est même peut-être qu’à 50 % en raison d’une blessure à une cheville. Mais à Lille (2-1), il a éclaboussé le match de sa classe. Son expérience dans le jeu sans ballon est étonnante. Marchant, ne se battant pas sur tous les ballons, l’attaquant suédois est pourtant partout. Et surtout là où on l’attend, c’est à dire devant la cage adverse. Il a d’ailleurs inscrit le but le plus rapide de l’histoire du PSG parmi l’élite (27 secondes de jeu), après une action collective de classe dans laquelle Ménez a tenu un joli rôle. Vingt minutes plus tard, l’ancien Milanais a joué un long une-deux avec Pastore. Alors que tout le monde le voyait trop loin du ballon, il a eu le jus nécessaire pour devancer Landreau et piquer son ballon au-dessus du portier lillois. De quoi faire oublier son marquage hasardeux sur l’égalisation de la tête signée Chedjou, après un corner de Martin (12e). Avec déjà quatre buts au compteur, Ibrahimovic a pour l’instant marqué tous les buts du PSG…

Officiellement, il n’y avait pas le feu au PSG. « Optimiste », « confiant », « pas vraiment inquiet », Nasser El-Khelaïfi espérait évidemment une première victoire de Paris lors de ce choc à Lille, où le PSG restait sur douze matches sans victoire. Il a été servi et c’est tout le Qatar qui s’en réjoui. Carlo Ancelotti, qui avait organisé ce dimanche son équipe dans un 4-4-2 en losange avec Pastore en numéro 10 et Nene sur le banc, va pouvoir construire sur cette rencontre. Il devrait faire de plus en plus confiance à Marco Verratti. Le petit milieu international italien a été excellent devant la défense. Aussi hargneux et vicieux que Gattuso, il a souvent sorti les ballons comme Pirlo. En revanche, Carlo Ancelotti a toujours quelques soucis à régler.

Pastore toujours pas au top

D’abord, celui concernant Pastore. Passeur sur le deuxième but d’Ibrahimovic, l’Argentin a parfois semblé bien en-dessous de ses équipiers. Suite à une énième perte de balle de sa part, le technicien italien s’est emporté et l’a immédiatement sorti pour faire entrer Nene (66e). L’ancien coach de l’AC Milan et de Chelsea doit également attendre avec impatience que Thiago Silva soit opérationnel car la défense parisienne a souvent été prise à défaut, dans son dos, sur le jeu en profondeur de Roux ou devant les arabesques d’un Kalou qui a transformé le jeu lillois après son entrée (46e). Sur la droite, Jallet a été irrégulier. Est-ce l’arrivée de Van der Wiel qui l’a perturbé ? Toujours est-il que Paris s’est enfin imposé, au meilleur moment. Le PSG a désormais quinze jours devant lui pour continuer de façonner une équipe capable de gagner le Championnat. Lille, qui n’a gagné que deux de ses six matches officiels cette saison, a aussi du pain sur la planche. Et il n’a pas un Ibrahimovic pour tirer l’équipe derrière lui.

Réaction :

Leonardo :«Et ce n’est que le début»Les Parisiens estiment qu’un déclic a eu lieu ce dimanche soir à Lille (2-1). Sous pression, les joueurs ont enfin montré leur vrai niveau. Leonardo, lui, a (un peu) réglé ses comptes.

«Le déclic, il a mis 27 secondes à venir», sourit Christophe Jallet devant les journalistes. Le temps pour le PSG de donner le coup d’envoi, de procéder en passes courtes et longues, de trouver un Ménez bien inspiré et un Ibrahimovic clinique. «Ça va ramener un peu de calme aussi, parce que là, ça chauffait», poursuit le latéral droit parisien. Son directeur sportif, Leonardo, reconnaît aussi que la pression autour du club est énorme. «Mais on s’est mis dans cette pression, par le projet que l’on monte. Nous n’avons pas peur d’elle. Elle nous fait bouger ! Ce qui est fondamental, c’est l’esprit que nous avons montré. La qualité, aussi. Ce match, il est surtout important par rapport à nous-mêmes. On a beaucoup cherché notre manière de jouer. Aujourd’hui, on l’a trouvée. Et ce n’est que le début.» «Maintenant, on sait de quoi on est capable», renchérit Jallet.

«Tactiquement, on a suivi les consignes du coach, estime Blaise Matuidi. On a été solides, on a trouvé de la profondeur. On a travaillé toute la semaine pour ça. Mentalement, on est là, et c’est le plus important.» Le mental, Leonardo l’appelle «l’esprit». Et il a beaucoup ce mot à la bouche. «On joue contre tout le monde. Il y a beaucoup de doutes et de critiques à notre encontre. Alors, il faut montrer beaucoup d’esprit pour faire face à cela.» On a presque entendu du Jean-Michel Aulas dans ce Leonardo défiant envers les médias et laudateur de ses joueurs : «Ibrahimovic a été énorme. Je suis très content de Sakho qui a fait un match incroyable. Matuidi, Verratti, Ménez… Toute l’équipe a été très forte. Ce sont tous de grands talents. Mais cela n’est pas tout. C’est l’esprit qui fait tout.» Décidément, avec autant d’esprit(s), le PSG serait-il habité ?


Le stade :

Le stade Pierre-Mauroy
Le stade Pierre-Mauroy

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s