PSG – Rennes 3-0, 25/08/01, Division 1 01-02

Encore et toujours Okocha...

Samedi 25.08.2001, Championnat de France, Division 1, 5e journée (4e place) à Paris, au Parc des Princes :
PARIS ST-GERMAIN F.C. – STADE RENNAIS F.C. 3:0 (0:0)
– 40 756 spectateurs. Buts : Augustine Okocha, 61′, Bernard Mendy, 78′, José Aloísio, 84′.
L’Équipe du PSG : Lionel Letizi – Cristóbal Parralo, Mauricio Pochettino, Gabriel Heinze, Lionel Potillon – Hugo Leal (Bernard Mendy, 64′), Frédéric Déhu, Mikel Arteta, Augustine Okocha (Didier Domi, 74′) – José Aloísio, Alex Dias (Ronaldinho Gaùcho, 55′). Entraîneur : Luis Fernandez.


Maillot utilisé :

IMG_4433
Maillot domicile 2001-2002 (collection MaillotsPSG)

Billet :

(collection La Mémoire du PSG)
(collection La Mémoire du PSG)

Programme :

(collection La Mémoire du PSG)
(collection La Mémoire du PSG)

Photos du match :

Augustine Okocha
Augustine « Jay Jay » Okocha
Aloisio dans les airs...
Aloisio dans les airs…
Aloisio balle au pied
… puis balle au pied
Augustine Okocha (O. Lejeune)
Augustine Okocha (O. Lejeune)
Hugo Leal taclé par un rennais
Hugo Leal taclé par un rennais
Charge d'Augustine Okocha
Charge d’Augustine Okocha
La joie de bernard Mendy après son but
La joie de bernard Mendy après son but
Encore et toujours Okocha...
Encore et toujours Okocha…

Vidéo :


Compte-rendu (J. Carlin, psg.fr) :

Quand sonne l’heure

Trois buts de trois buteurs différents (Okocha, Mendy et Aloisio). Deux passes décisives de Ronaldinho, et voilà comment Paris peut faire taire ceux qui doutaient encore de sa capacité à trouver le chemin des filets. S’il a fallu une heure pour que les hommes de Fernandez résolvent l’équation, la fin n’en a été que plus belle. Et si la machine à gagner était en route ?

Au Parc des Princes

Il lui manquait peut-être la flamme offensive. Si après cinq journées, chacun était convaincu de la pugnacité de l’arrière-garde parisienne, c’est bien dans le domaine offensif – pourtant riche en joueurs de qualité – que Paris se devait de progresser. Et justement, samedi soir, c’est exactement ce qu’il a offert à son public. Après un festival d’occasions manquées en première période, les joueurs de Luis Fernandez ont trouvé le chemin des filets peu après l’heure de jeu.

Jusque là, Aloisio s’était beaucoup démené. Mais le héros de la qualification parisienne en coupe UEFA n’avait pas connu le même succès. Peu importe finalement, car son travail de sape en même temps que celui d’Alex, ajouté à un festival de gestes techniques « made in » Okocha, et voilà Paris qui construit sa victoire sur l’autel du talent et du plaisir.
L’international nigérian sert son premier gri-gri avant le quart d’heure de jeu pour la tête d’Aloisio, met Durand n’a pas d’inquiétude à avoir (12e). Cette fois-ci. Paris s’emploie à écarter au maximum le jeu, et aussi bien Potillon que Cristobal viennent apporter le surnombre dans ce 4-3-1-2 mis en place par Fernandez. De sa tribune, où il supervise la rencontre, Luis n’a pas de raison de s’agiter comme il en a l’habitude devant son banc. Jean-Louis Gasset, et plus encore ses joueurs font le métier. Un autre homme en forme, c’est Arteta. L’international espoirs espagnol multiplie les prouesses comme on distribue des bons mots. Il est en forme et ça se voit. Sa première frappe de la soirée frise l’arête de la lucarne rennaise, donnant au passage quelques frissons dans le dos de Durand (18e).

Les hommes de Gourcuff sont loin de jouer ce même football qui leur avait permis de gagner lors des deux dernières journées. Les Bretons sous les yeux de François Pinault sont amorphes, mais surtout étouffés par l’allant développé par les Parisiens. Cependant, le PSG multiplie les occasions sans pour autant améliorer son rendement comptable. Jay-Jay (tir trop croisé, 26e, puis volée hors cadre, 28e) puis Aloisio (tête sauvée sur sa ligne in extremis par Durand, 34e) et enfin Leal, pas dans le coup (tête ratée alors qu’il était seul au deuxième poteau, 45e) achèvent de miner les espoirs parisiens de cette première période.

Ronaldinho passeur décisif

C’est sur le même rythme que le onze parisien attaque cette nouvelle période. Alex, très mobile durant les quarante-cinq premières minutes, n’arrive pas à se départir d’un marquage serré. Aussi, il est tout surpris de reprendre un ballon qui file vers lui, alors que son compatriote Aloisio s’est arraché pour obliger Durand à relâcher ce ballon aérien. Sa frappe termine sa course sur la transversale rennaise (52e). L’entrée en jeu du génie « Gaucho » va provoquer le déclic escompté. Le long du couloir gauche, Leal ouvre à l’opposé vers Ronaldinho. Contrôle pleine course, et plat du pied droit à ras de terre pour Okocha. Le Nigérian ne se pose pas de question et met le ballon de volée de son pied droit, hors de portée de Durand (62e).

Le Parc se libère, et après une heure d’agonie, de souffle retenu, il peut enfin « lâcher les chiens. » Ronnie s’essaye aux coups de pied arrêtés dans cette dernière demi-heure. Lui, qui a tant fait souffrir les défenses brésiliennes dans cet exercice, ne s’est vraisemblablement pas encore réglé en France. Trois tentatives dans trois positions différentes (69e, 78e et 84e) qui feront toutes choux-blanc.

En fait, c’est le jeune Arteta qui va porter la deuxième estocade. Une banderille bien plantée, et qui va permettre à Mendy de signer son premier but en première division. Le Basque s’infiltre au milieu de trois rennais, et décale idéalement Mendy qui croise parfaitement sa frappe à l’entrée de la surface (80e). Avec tout le travail qu’il a accompli durant cette rencontre, Aloisio méritait son but. C’est Ronaldinho qui lui offre sur un plateau (84e). Un corner tiré côté droit passe au-dessus de la tête de Cesar pour finir sur celle de qui vous savez. La samba est parfaite, il n’y a plus qu’à la célébrer.

Réactions (psgmag.net) :

Luis Fernandez : « L’équipe a fait un grand match, la victoire est amplement méritée. Défensivement, l’équipe dégage une certaine solidité. Offensivement, on peut s’améliorer, même si gagner 3 à 0, c’est bon pour le moral. […] J’ai accepté la suspension de deux matches, même si elle me paraît illogique. Mais s’il faut que je sois dans les tribunes pour voir le PSG gagner 3 à 0 à chaque fois, je signe tout de suite ! […] La rentrée de Ronaldinho m’a plu, maintenant il faut le protéger, ne pas aller trop vite. […] Concernant l’équipe, il faudra faire attention dans les prochaines semaines, éviter l’euphorie. »
Christian Gourcuff : « La défaite est logique, même si le score est un peu lourd. On a trop subi et manqué de vitesse. En deuxième mi – temps, on a su accélérer, mais on a alors pris un but. Ensuite, c’était difficile face à une équipe de Paris en confiance. »

Jay – Jay Okocha : « Nous avons fait un très bon match, même si la deuxième mi – temps était difficile. Je suis content de l’équipe cette saison, nous avons de bons joueurs et c’est plus facile pour moi de m’exprimer. »

Les notes du Parisien :

Letizi (5,5). Après une sortie limite hors de sa surface sur Monterrubio, le gardien parisien a passé une soirée tranquille. Il faudra s’y habituer.
Cristobal (5,5). Toujours bien placé, le latéral droit espagnol ne fait pratiquement aucune erreur. Il dépasse rarement la ligne médiane, mais provoque le danger dès qu’il s’y décide.

Pochettino (5,5). Fatigué par l’accumulation des matchs, l’Argentin a trop souvent manqué de précision dans ses relances. Il dirige néanmoins sa défense à la baguette.

Heinze (6). Dès le premier contact, Lucas a compris qu’il n’allait pas passer une soirée facile. Souvent rugueux, l’Hispano – Argentin est rarement pris à défaut. Sa complémentarité avec Pochettino ne fait aucun doute.

Potillon (6). Il n’hésite jamais à offrir des solutions offensives dans son couloir gauche sans délaisser ses tâches défensives. Longues ou courtes, ses passes sont précises.

Déhu (6). Placé devant les deux défenseurs centraux, le capitaine parisien est le premier rempart de l’équipe et soulage sa défense en interceptant nombre de ballons, notamment dans le domaine aérien.

Arteta (7). Le jeune Espagnol a du souffle et ne baisse pas de rythme. Beaucoup plus avancé que Frédéric Déhu, il participe dans l’axe à l’animation offensive et n’oublie jamais de venir défendre. Sa clairvoyance est précieuse. Il offre la balle de deuxième but à Mendy. Sorti sur un coup en fin de match.

Okocha (7,5). Une première mi – temps remarquable pendant laquelle le Nigérian a régalé le Parc et illuminé le jeu de son équipe. A droite, puis à gauche, il a déséquilibré la défense adverse chaque fois qu’il est revenu dans l’axe. Une performance de haut niveau récompensée par son sixième but de la saison (62ème). Remplacé par Domi (76ème), le Parc lui a rendu l’hommage qu’il mérite.

Hugo Leal (5,5). Sa technique est intéressante, mais il manque encore de repères pour être pleinement utile. Seul face au but, il rate une tête qui paraissait facile (45ème). Remplacé par Bernard Mendy (66ème), qui s’est offert un joli but du droit (80ème).

Alex (5,5). Le Brésilien a eu du mal à trouver ou à provoquer des ouvertures dans le bloc défensif breton. Seul face aux cages, sa reprise du droit s’écrase sur la transversale (52ème). Remplacé par Ronaldinho (6,5) (56ème), auteur d’une judicieuse passe décisive pour Okocha (62ème), du corner sur le but d’Aloisio et de trois bons coup – francs. De très bon augure…

Aloisio (7). Ses coéquipiers s’appuient beaucoup sur lui. Il pèse énormément sur la défense et l’attention que lui portent les défenseurs adverses libère des espaces. Il clôt cette belle soirée en inscrivant un but de la tête sur lequel il va chercher le ballon très haut. Quelle belle semaine !


Le stade :

Le Parc des Princes
Le Parc des Princes

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s