PSG – Bordeaux 2-2 (4-2 tab), 04/04/98, Coupe de la Ligue 97-98

Les joueurs posant avec la coupe

Samedi 04.04.1998, Coupe de la Ligue, finale à Saint-Denis, au Stade de France :
PARIS SAINT-GERMAIN F.C. – F.C. GIRONDINS DE BORDEAUX  2:2  après prolongations (0:1, 1:1)
4 tirs au but à 2 pour le Paris Saint-Germain FC
– 77 700 spectateurs. Buts : Micoud, 30′ ; Marco Simone, 74′ ; Raí Oliveira, 106′, J.-P.Papin, 114′.
L’Équipe du PSG : Vincent Fernandez – Jimmy Algérino, Alain Roche (Laurent Fournier, 77′), Paul Le Guen, Éric Rabésandratana, Didier Domi (Édouard Cissé, 110′) – Pierre Ducrocq, Raí Oliveira, Franck Gava – Marco Simone, Florian Maurice (Patrice Loko, 74′). Entraîneurs : Ricardo Gomes et Joёl Bats.
Avertissement à Franck Gava.


Maillot utilisé :

Maillot domicile Adidas 1994-98 (collection MaillotsPSG)
Maillot domicile Adidas 1994-98 (collection MaillotsPSG)

Programme :

(collection MK)
(collection MK)

Billet :

(collection La Mémoire du PSG)
(collection La Mémoire du PSG)

Photos du match :

Les parisiens avant le coup d'envoi
Les parisiens avant le coup d’envoi
Tentative de Raï
Tentative de Raï
Alain Roche à la poursuite de Papin
Alain Roche à la poursuite de Papin
Paul Le Guen et Papin
Paul Le Guen à côté du même JPP
Franck Gava à la lutte avec Wiltord
Franck Gava à la lutte avec Wiltord
Raï vient de tromper Rame pour la plus grande joie de Marco Simone
Raï vient de tromper Rame pour la plus grande joie de Marco Simone
La joie des parisiens
La joie des parisiens
Pierre Ducrocq devancé par Luccin
Pierre Ducrocq devancé par Luccin
Didier Domi balle au pied
Didier Domi balle au pied
Chevauchée de Laurent Fournier
Chevauchée de Laurent Fournier
Raï brandit la coupe
Raï brandit la coupe
Les joueurs posant avec la coupe
Les joueurs posant avec la coupe
Patrice Loko lors du tour d'honneur
Patrice Loko lors du tour d’honneur
Première visite des fans parisiens au Stade de France, début d'une longue série...
Première visite des fans parisiens au Stade de France, début d’une longue série…

Vidéo :


Compte-rendu (paddock girondin) :

Une finale 5 étoiles

Au bout du suspens

Les Girondins de Bordeaux affrontent le Paris SG en finale de la Coupe de la Ligue. Les 2 équipes ont un honneur spécial, celui de disputer le tout 1er match officiel entre clubs au Stade de France.

UN MATCH 5 ETOILES

Cette nouvelle enceinte de 80 000 places, inaugurée en janvier par un France – Espagne, doit accueillir 3 mois plus tard la finale de la Coupe du Monde. Bordeaux se présente avec un sentiment de revanche. En 1997, les Girondins avaient perdu la finale de la Coupe de la Ligue face au FC Metz au Parc des Princes (0-0, 6 tab à 5). Les hommes d’Elie Baup veulent cette fois repartir avec le trophée. L’équipe de départ. Elie Baup et son adjoint Pierre Labat mettent en place une équipe mêlant jeunesse et expérience : Ramé – Blondeau, Saveljic, Gralak, Jemmali – Grenet, Luccin, Pavon, Micoud – Wiltord, Laslandes.

Micoud touche du bois.

Bordeaux débute bien sa rencontre. Les Girondins jouent haut et pressent le bloc parisien qui commet des fautes. Bordeaux obtient un coup franc bien placé à l’angle gauche de la surface de réparation. Johan Micoud place le ballon et frappe sur le côté ouvert du portier parisien. Vincent Fernandez, surpris, est en retard sur la frappe. Il regarde le ballon s’écraser sur son poteau. La tuile… Loin d’être démoralisé par cette infortune, Bordeaux continue à bien jouer au ballon. Paris est dominé devant un collectif bien huilé. Malheureusement, un 1er fait de jeu va assombrir ce joli tableau. Sur un duel, François Grenet percute Franck Gava. La faute est bordelaise mais c’est bien François qui reste au sol. Le girondin souffre le martyr et doit laisser sa place (29’).

… et la joie !

Elie Baup choisit de le remplacer par un homme d’expérience, Jean-Pierre Papin. L’équipe au Scapulaire se réorganise et Sylvain Wiltord passe côté droit. Ce changement forcé va devenir un coaching gagnant. Une minute plus tard, le ballon arrive sur Luccin. Il décale Wiltord à droite qui évite un, puis deux défenseurs parisiens. Il voit la course plein axe de Micoud et le sert. Le n°8 bordelais contrôle et frappe du droit. Le ballon se loge sous la barre de Fernandez et Bordeaux prend l’avantage (0-1, 30’).

Paris répond.

Paris se lance à l’attaque après ce but. Lancé sur la droite, Marco Simone se défait de Paulo Gralak et centre en retrait pour Florian Maurice. L’attaquant reprend sans contrôle mais Ulrich Ramé repousse du pied. C’est ensuite Didier Domi qui perce, cette fois à gauche. Il efface deux joueurs au Scapulaire avant de centrer fort devant la cage. David Jemmali tacle et manque de marquer contre son camp mais Ulrich Ramé revient à 200 à l’heure pour stopper le cuir sur sa ligne. Bordeaux a laissé passer l’orage et rentre au vestiaire avec un but d’avance. Bordeaux craque. La 2ème période est bien maîtrisée par Bordeaux. Les Girondins ne concèdent qu’une occasion de Florian Maurice. L’attaquant parisien et Ulrich Ramé manquent le ballon sur une passe aérienne. Maurice tente de redresser le ballon après une course mais il ne trouve que l’extérieur du petit filet. Malheureusement, Bordeaux va craquer à 10 minutes de la fin. Sur un nouveau ballon en profondeur, Pierre Ducrocq défie Ulrich Ramé en face à face. Le portier bordelais, en retard, fauche le parisien et provoque le penalty. Raï s’élance, frappe fort mais Ramé stoppe le ballon sur la droite. Loko a suivi et talonne pour Simone qui marque du gauche à la grande colère de « Youl » qui avait fait le plus dur… Tout est à refaire (1-1, 80’).

Simone casse la barre.

Paris ne lâche rien et poursuit son pressing. Dans les derniers instants du match, Gava tire un corner que repousse Ramé des poings. Le ballon s’envole dans les airs. A 30 mètres, Marco Simone tente un coup de génie en reprenant d’une splendide volée du gauche. Elle fracasse la barre transversale et Simone, les mains sur la tête, tombe au sol après ce qui aurait pu être le plus beau but de la saison. Bordeaux a eu chaud.

La prolongation.

Après une 1ère période stérile, Paris se voit récompensé de ses efforts. Deux minutes après la reprise, Jimmy Algerino sonne la charge à droite. Il fait un « une-deux « avec Raï puis donne à Loko. L’ancien nantais s’enfonce à droite et lève la tête. Il voit Raï arriver comme une fusée. Le centre est précis, le timing, parfait. Le Brésilien donne l’avantage à Paris (2-1, 107’).

JPP est magique !

On ne voit pas comment Bordeaux va pouvoir revenir avec 13 petites minutes à jouer. C’est sans compter sur Jean-Pierre Papin. Les grands joueurs sont décisifs dans les grands matches et JPP est un grand joueur. A 5 minutes de la fin, Bordeaux obtient un bon coup franc à 25 mètres dans l’axe du but. Plus connu pour ses volées que pour ses coup-francs, JPP prend ses responsabilités et décoche une frappe imparable (2-2, 114’). Bordeaux revient dans le match et s’offre une séance de tirs au but. Le cauchemar. Est-ce le souvenir de 1997 ? Toujours est-il que Bordeaux manque totalement sa séance. Les Girondins manquent leur 1ère tentative puis la 2ème. Papin, héros égalisateur, envoie se frappe dans les nuages. Le PSG, de son côté, fait un sans-faute. A 3-2, Patrice Loko a le penalty de la gagne. Il prend Ulrich Ramé à contre-pied et offre le trophée aux Parisiens.

Déçus.

Les Marine et Blanc perdent leur 2ème finale en 2 ans et pour la 2ème fois après la séance de tirs au but. Les Girondins peuvent être frustrés de l’issue mais pas du match. Ce soir-là, ils ont offert, avec Paris, une des plus belles finales de l’histoire de la Coupe de la Ligue.


Le stade :

Le Stade de France
Le Stade de France

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s