PSG – Saint-Etienne 2-0, 06/11/99, Division 1 99-00

Okocha face à Ferhaoui

Samedi 06.11.1999, Championnat de France, Division 1, 14e journée (4e place) à Paris, au Parc des Princes :
PARIS ST-GERMAIN F.C. – A.S. SAINT-ÉTIENNE  2:0 (1:0)
– 44 596 spectateurs. Buts : Mickaёl Madar, 35′ ; Laurent Leroy, 90′.
L’Équipe du PSG : Bernard Lama – Jimmy Algérino, Godwin Okpara, Éric Rabésandratana, Aliou Cissé – Ali Benarbia, Pierre Ducrocq, Augustine Okocha, Edwin Murati – Mickaёl Madar, Christian Corrêa (Laurent Leroy, 75′). Entraîneur : Philippe Bergeroo.


Maillot utilisé (en version à manches longues) :

Maillot domicile 1999-2000 (collection MaillotsPSG)
Maillot domicile 1999-2000 (collection MaillotsPSG)

Billet :

(collection ArnASSE)
(collection ArnASSE)

Programme :

(collection La Mémoire du PSG)
(collection La Mémoire du PSG)

Photos du match :

Augustine Okocha au duel...
Augustine Okocha au duel…
9900_PSG_ASSE_Rabe
Eric Rabesandratana dans les airs… (Ch. Gavelle)
9900_PSG_ASSE_Christian
Tentative de Christian
« Jay Jay » à la lutte…
9900_PSG_ASSE_Madar
La joie de Mickael Madar après son ouverture du score (Ch. Gavelle)
Le même Madar opposé à l'ancien parisien Llacer (PSG 70)
Le même Madar opposé à l’ancien parisien Llacer (PSG 70)
9900_PSG_ASSE_butLLeroy
But de Laurent Leroy: 2-0!
Okocha face à Ferhaoui
Okocha face à Ferhaoui
Le Virage Auteuil (Mouvement Ultra)
Le Virage Auteuil (Mouvement Ultra)

Vidéo :


Compte-rendu (psg.fr) :

Les Verts vont-ils vaincre le signe indien parisien, après 22 matches officiels disputés au Parc des Princes face au PSG sans… aucun succès à la clé ? Robert Nouzaret, sur notre site officiel internet, a en tous cas promis plaisir et spectacle… Mais côté Rouge et Bleu, Philippe Bergeroo, après la cuisante défaite au Havre la semaine passée (1-3), a mis en garde les siens…

Pas question de tergiverser face aux promus ! Avec un effectif au complet (si ce n’est Robert, suspendu) enregistrant enfin le retour attendu d’Okocha, bien remis de son élongation à la cuisse, le Paris Saint-Germain ne doit pas laisser échapper la victoire au Parc.

Oui mais… Les chiffres ne sont pas rassurants : Après 13 journées de championnat, Saint-Etienne est en effet l’équipe de D1 qui a marqué le plus de buts à l’extérieur (12), alors qu’au contraire, Paris est celle qui en a encaissé le plus à domicile (10) ! Une statistique certes faite pour rassurer Françis Llacer, l’ex-Parisien  » de toujours  » transféré dernièrement aux Verts, auquel le public du Parc réserva d’ailleurs un bon accueil.

Sans Laspalles, laissé sur le banc au profit d’Aliou Cissé, le PSG entamait donc les débats… Ou plutôt les Verts, qui dès la 25e seconde, bénéficiaient déjà d’un coup-franc à une vingtaine de mètres des buts de Lama, suite à une malheureuse main d’Okpara. Pédron exécutait la sentence, mais son ballon s’envolait vers les tifos d’Auteuil qui venaient tout juste de  » s’éteindre « .

C’est incontestablement Saint-Etienne qui manifestait le plus de velléités offensives, d’abord par Aloisio (7e) qui allumait côté gauche un pétard en demi-volée passant au dessus des cages de Lama, puis par le même Brésilien épaulé, voire peut-être gêné par Pédron, ce dernier tirant également au dessus (13e).

Le Parc trembla, encore deux minutes plus tard, quand Alex lança Aloisio que Rabesandratana contra au dernier moment. Il fallut en réalité attendre le quart d’heure de jeu pour que Ducrocq, sur un ballon perdu par Wallemme, n’offre au portier des Verts sa première occasion de tâter véritablement le cuir.

Le PSG, pas vraiment serein en défense (comme sur une tête, suite à un corner, d’un Mettomo bien isolé dans la surface), sortait néanmoins de sa torpeur, à l’image de Murati, un peu bousculé dans la surface, puis de Christian sur une excellente frappe en pivot (20e) et surtout de Rabesandrata, dont la tête, sur un corner tiré par Murati, heurtait le montant gauche d’Alonzo (24e).

Le jeu était animé, le ballon vivant même si les débats étaient aussi musclés et le sort demeurait… très indécis ! A ce petit jeu, c’est Paris qui allait finalement faire pencher la balance dans son sens.

Suite à une action bien menée grâce au physique de Christian, ce dernier obtenait une touche. Benarbia héritait du ballon et jouait de sa superbe technique pour adresser un centre tendu au cordeau pour Madar. D’une merveilleuse tête plongeante, l’attaquant parisien coupait la trajectoire du ballon qui finissait sa course au fond des filets d’Alonzo (35e) !

Le Parc jubilait, Madar, décidément buteur numéro 1 des siens, faisait  » l’avion « , mais il en fallait plus pour faire pâlir les Verts. On crut bien ainsi que les pendules allaient être remises à l’heure par une nouvelle samba stéphanoise. Aloisio qui pénètre côté gauche et qui tire, Alex qui met le pied et BUT… refusé pour hors-jeu de ce dernier (40e) !

Rabé et Alex dans les airs. Le Parisien a eu le dernier mot samedi soir.
Paris tenait cependant la barre, pour preuve le débordement de Madar, une minute avant la pause, qui centrait un petit peu trop en retrait pour Ducrocq dans l’axe : obligé de tirer en pivot, son ballon frôlait le montant droit d’Alonzo. La messe était dite… mais pour cette première période seulement…

Dès la reprise allait ainsi s’engager une partie de billard, essentiellement en milieu de terrain, sans que rien ne se passe véritablement durant un bon quart d’heure . Benarbia et Murati, comme en première mi-temps, permutaient dans leurs positions au milieu du terrain, Christian fixait bien la défense et faisait de bons appels de balle et les Verts obtenaient plusieurs corners…

A part ça ? Toujours RAS, si ce n’est que Ferhaoui céda sa place à Sarr à la 65e et qu’Okocha réveilla un peu son monde quand il s’offrit une belle position de tir (66e) après des feintes dont lui seul a le secret. Mais la fin ne fut pas à la hauteur du début, Jay-Jay tirant au dessus.

Que dire encore ? Que Llacer, remplacé par Potillon (72e), fut acclamé par le public parisien… Et que la partie allait enfin s’animer. D’abord en Rouge et Bleu, sur un une-deux Benarbia/Okocha, le Nigérian cadrant mal sa frappe, puis en Vert… Suite un ballon perdu par Okpara en milieu de terrain, Aloisio fut tout prêt d’égaliser (75e), après que Wallemme se fut aussi montré dangereux de la tête sur un centre du jeune Sablé.

Le PSG n’était vraiment pas à l’abri d’un retour stéphanois, mais Lama veillait plutôt bien au grain… Laurent Leroy avait remplacé Christian, et il fallait… tenir. Quatre minutes encore… Et Saint-Etienne pressait, pressait… Et Paris tenait…

Tant et si bien que le PSG, avec un Okocha superbe de technique, regagna du terrain, un peu comme en rugby. La balle était dans le camp stéphanois… Et à la 90e, Laurent Leroy, idéalement mis sur orbite par le Nigérian, allait plier l’affaire. Seul devant Alonzo, son sens du but fit merveille : petit pont et grand soulagement !

Le temps supplémentaire à jouer n’était que formalité et Paris pouvait rejoindre son vestiaire le devoir accompli, même si la mission n’avait pas été si facile que cela à remplir face à de bien vaillants promus… qui n’auront une fois encore pas vaincu le signe indien parisien !


Le stade :

Le Parc des Princes
Le Parc des Princes

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s