Guingamp – PSG 1-1, 30/09/00, Division 1 00-01

Peter Luccin au coude à coude avec un guingampais

Samedi 30.09.2000, Championnat de France, Division 1, 10e journée (2e place) à Guingamp, au Stade du Roudourou :
E.A. GUINGAMP – PARIS ST-GERMAIN F.C.  1:1 (0:0)
– 17 316 spectateurs. Buts : B.Rodriguez, 61′ sur penalty, Peter Luccin, 88′.
L’Équipe du PSG : Lionel Letizi – Jimmy Algérino, Frédéric Déhu, Éric Rabésandratana, Sylvain Distin (Bernard Mendy, 80′) – Stéphane Dalmat (Ali Benarbia, 66′), Pierre Ducrocq, Peter Luccin, Laurent Robert (Laurent Leroy, 71′) – Nicolas Anelka, Christian Corrêa. Entraîneur : Philippe Bergeroo.
Avertissements à Jimmy Algérino, Frédéric Déhu, Laurent Leroy et Éric Rabésandratana.


Maillot utilisé :

Maillot extérieur 2000-01 (version du commerce, collection maillotspsg)
Maillot extérieur 2000-01 (collection MaillotsPSG)

Billet :

0001_Guingamp_PSG_billet


Photos du match :

Peter Luccin
Peter Luccin, qui marquera en toute fin de match
Photo Ch.Gavelle, psg.fr
Lionel Letizi, parti du bon côté, s’incline tout de même sur un penalty de Rodriguez (Ch. Gavelle)
Peter Luccin au coude à coude avec un guingampais
Peter Luccin au coude à coude avec un guingampais
Sylvain Distin malmené
Sylvain Distin malmené
Photo Ch.Gavelle, psg.fr
Nicolas Anelka échoue sur Loussouarn (Ch. Gavelle)

Compte-rendu (V. Brunel, psgmag.net) :

Le match part doucement, mais on entrevoit dès les premières minutes que les équipes essaieront de jouer dans les espaces : Christian, servi sur la gauche par Robert, voit sa frappe contrée par Loussouarn (3ème) puis c’est Fiorèse, servi en profondeur dans l’axe, qui file au but. Heureusement, Déhu revient vite et intervient juste avant que l’ancien Lyonnais ne s’emmène le ballon (4ème). A Guingamp, Rodriguez se démène beaucoup sur la droite de l’attaque et oblige Ducrocq à venir aider Distin sur ce côté gauche parisien. A Paris, ce sont Dalmat côté droit et Anelka en pointe qui posent le plus de problème à la défense bretonne : l’ancien Madrilène passe notamment entre deux défenseurs dans la surface, avant de se faire contrer. Le premier quart d’heure passe rapidement, et sans grosse occasion. Toutefois, c’est le PSG qui se montre le plus dangereux : Distin centre pour Christian, dont la tête passe à côté (12ème). Puis Stéphane Dalmat profite d’un une – deux depuis le camp parisien pour aller au but, mais Loussouarn sort vite et Dalmat ne croise pas assez sa frappe (14ème).

LE MATCH TARDE A S’ANIMER, SEUL PARIS ATTAQUE

Guingamp ne parvient pas à approcher des 30 derniers mètres parisiens et le PSG continue de pousser : sur une passe d’un de ses défenseurs, le gardien guingampais garde trop longtemps la balle et se voit sanctionné d’un coup – franc dans la surface. Robert place sa grosse frappe gauche, mais la frappe est contrée immédiatement par le mur (19ème)… Le match tarde à s’animer, et il n’y a toujours que le PSG pour porter le danger devant le but : sur le côté droit, Algerino combine avec Dalmat, qui accélère et traverse tout le flan droit. Arrivé à l’extrémité de la surface, il centre devant le but et Loussouarn détourne juste devant Anelka, qui aurait alors marqué… Derrière, Christian frappe de l’extérieur du droit comme ça vient, mais c’est contré par Guyot (24ème). Cette occasion aura tout de même le mérite de réveiller Guingamp : Rodriguez, sur la gauche, donne à Fiorèse, dont la vivacité semble gêner les défenseurs parisiens. Le numéro 11 breton dribble dans la surface puis frappe, mais Létizi capte sans trop de difficulté le premier tir dangereux de Guingamp (27ème).

EN FIN DE MI – TEMPS, GUINGAMP SE RÉVEILLE…

Sur la contre – attaque, Anelka part vers le but et tente de lober Loussouarn, mais ça passe au – dessus des buts. Guyot était alors à terre (ce qui a valu à Anelka d’expliquer pendant plusieurs minutes qu’il ne l’avait pas vu), et sera remplacé quelques minutes plus tard par Bourdeau (29ème). Par deux fois, Fiorèse oblige ensuite Létizi à sortir loin de ses buts pour dégager la balle, en raison des appels en profondeur du Guingampais. Rodriguez livre un duel intéressant avec Distin sur le côté. Illustration à la 36ème minute, lorsque Rodriguez tente avec les bras d’écarter le Parisien, qui répond par un superbe tacle dans la surface (36ème). D’ici à la mi – temps, il n’y aura pas plus d’animation dans le match que précédemment, hormis les corners très particuliers de l’EAG : cinq ou six joueurs se positionnent en file à l’entrée de la surface, puis ils avancent et partent chacun à un endroit bien précis lorsque le corner est frappé. La pratique surprend, mais ne donne rien en cette première période, qui s’achève donc sur ce score de 0-0, le même que l’an passé.

DISTIN TACLE LE BALLON… PENALTY ?!?

Dès la reprise, Paris tente de s’infiltrer dans la défense bretonne, mais tous les Guingampais se trouvent dans leurs 30 mètres et Paris ne trouve pas l’ouverture dans ce mur de joueurs Rouge et Noir (46ème)… C’est le résumé de ce match : Paris qui domine et qui chercher l’ouverture, mais qui est confronté à un impressionnant regroupement défensif de l’EAG. Les initiatives d’Anelka, Christian et Robert ne donnent rien, ce sont alors les Guingampais qui se livrent plus : un centre de la droite parvient à Tasfaout au premier poteau, mais sa reprise est contrée par un réflexe superbe de Létizi, décidément en grande forme (58ème). Quelques minutes plus tard, Fiorèse est servi sur la droite de la surface. Distin, sur sa droite, tacle parfaitement : il récupère le ballon et ce n’est qu’après que l’attaquant breton tombe… Il n’y a absolument pas penalty, sauf pour Monsieur Fraise. Malgré les protestations du Capitaine, Éric Rabesandratana, rien n’y fera, et le numéro 15 parisien sera même averti… Bref, Rodriguez marque son deuxième penalty de la saison (son 5ème but) et l’EAG mène (1-0, 60ème).

BENARBIA ET LEROY RENTRENT, CARNOT TIRE SUR LA BARRE !

Ali Benarbia remplace alors Stéphane Dalmat, qui a beaucoup couru sur le côté droit en première période (65ème). C’est ensuite Laurent Leroy qui remplace Laurent Robert, fatigué. Les occasions parisiennes se multiplient alors, mais rien ne passe : des centres de Distin, Algerino ne donnent pas plus de résultat que les débordements de Leroy à gauche. Quant à Anelka et Christian, ils ont très peu de ballons et sont toujours cerclés par plusieurs défenseurs. Au contraire, c’est Guingamp qui se montre le plus dangereux : Rodriguez déborde à droite et centre en retrait pour Carnot, seul plein axe. L’ancien Auxerrois contrôle et frappe du droit… sur la barre (73ème) ! Paris n’a toujours pas plus d’occasion concrète devant le but, Leroy est même averti pour avoir fait remarqué à l’arbitre ses mauvais jugements, et Mendy remplace Distin (79ème). Les centres venus des côtés n’ont pas plus de réussite : la tête d’Anelka passe juste à côté des buts bretons (80ème).

PARIS PRESSE FORT, LUCCIN MARQUE D’UNE SUPERBE REPRISE

Dans les 10 dernières minutes, Paris donne tout et les occasions se succèdent les unes aux autres : sur un corner, Rabesandratana vient lancé et place une superbe tête… qui ricoche sur Joseph – Augustin (83ème). Le Capitaine parisien semble être vraiment très remonté et très motivé en depuis le penalty de M. Fraise, ce qui explique l’action suivante : un cafouillage dans la surface voit se succéder des frappes parisiennes, puis Leroy reprend de demi – volée excentré sur la droite des buts. Le ballon rebondit sur un Guingampais, puis la balle arrive dans les airs dans la surface. Peter Luccin se couche alors magnifiquement dans les airs et sa reprise de volée finit au fond des filets de Loussouarn (1-1, 87ème) ! Ouf… C’est le troisième but de Peter Luccin en 114 matches de D1, et Paris marque une nouvelle fois en fin de match… Mais ce soir, ce n’est que pour égaliser et non pas remporter la première victoire à l’extérieur de la saison. Paris met donc fin à la série de quatre victoires consécutives de l’EAG, mais sans convaincre…

Les réactions :

Claude Michel : « Je suis un peu frustré parce que, si en première mi – temps, c’était relativement équilibré et même si on sentait que le PSG avait des possibilités, on a fait un bon match. En première période, on a joué et bien joué pendant dix minutes/un quart d’heure, mais la seconde période, qu’on a bien entamée, est toute à notre avantage. On a eu en plus deux occasions de tuer le match. D’autant que menant 1 à 0 à deux ou trois minutes de la fin, on se fait remonter et donc on perd deux points. »
Guy Lacombe : « On aurait du tuer le match, mais les grandes équipes comme le PSG reviennent quand on ne les attend plus. Sur l’ensemble du match, je félicite mes joueurs, s’ils avaient joué à 101% on gagnait. Même si on fait une bonne série en septembre (13 points sur 15), il ne faut pas s’enflammer. »

Abdelhafid Tasfaout : « En première mi – temps le PSG a eu 2 ou 3 occasions nettes mais on a repris le dessus en deuxième période. A la fin du match, on a essayé de jouer en contre mais on s’est incliné sur un coup de pied arrêté. On est plutôt déçus. »

Philippe Bergeroo : « Nous avons pioché dans les réserves, après le match de mardi, nous savions que ça allait être difficile et nous avons été bien en place dés le début afin d’essayer de tuer le match. Nous avons joué face à une belle équipe de Guingamp et d’une manière générale ce long mois de septembre s’est plutôt bien terminé. Le point négatif du match ce sont toutes les occasions franches que nous avons manqué. Nous aurions pu en mettre au moins trois au fond mais nous avions les jambes lourdes. »

Éric Rabesandratana : « Il y a un bon état d’esprit dans le groupe et si nous n’avons qu’un point, c’est qu’on ne peut tout maîtriser. On a peut-être eu une période difficile en début de deuxième mi – temps mais ce soir il y avait la place pour faire mieux qu’un match nul. Avec cet état d’esprit, nous avons confiance pour la suite et même si nous n’avons pas encore gagné à l’extérieur, il y a beaucoup de chose positives à retirer de cette performance. Dans la difficulté, nous avons toujours su réagir et à 1-0 il y aurait eu une sorte d’injustice. L’équipe a une grosse capacité à réagir mais le mieux c’est quand même de faire la différence le pus rapidement possible, car nous en avons les moyens. »

Peter Luccin : « On n’est pas satisfaits. Nous aurions aimé garder la tête du championnat. Guingamp a eu quelques petites occasions mais nous avons manqué de tuer le match et de mener 2-1, voire 3-1. Tous les parisiens ont tout donné et l’état d’esprit n’est pas entamé. Après le but guingampais on n’a pas baissé les bras, c’est aussi notre force et pour conclure, on a quand même été en possession du ballon assez souvent. »

Lionel Létizi : « On est allé chercher ce match nul, comme à Lens. Vu notre bon niveau de jeu ce soir cela m’aurait embêté de perdre. A l’extérieur, on progresse, on fait de bons matches nuls et on va finir par gagner. Je considère qu’on a fait un bon match ce soir. »

Frédéric Déhu : « Au niveau personnel, cela revient petit à petit, mais je suis content de cette coupure (matches qualificatifs pour la coupe du monde 2002), je vais pouvoir récupérer et bien me préparer pour le nouvelle série de matches tous les trois jours. Ce soir, on a voulu réparer une injustice (penalty non justifié), c’est un sentiment de révolte qui nous a permis de revenir. »


Le stade :

Le stade du Roudourou
Le stade du Roudourou

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s