Bordeaux – PSG 0-0, 09/08/02, Ligue 1 02-03

Photo Ch. Gavelle, psg.fr

Vendredi 09.08.2002, Championnat de France, Ligue 1, 2e journée (6e place) à Bordeaux, au Stade Jacques-Chaban-Delmas (Lescure) :
F.C. GIRONDINS DE BORDEAUX – PARIS ST-GERMAIN F.C.  0:0 (0:0)
– 32 566 spectateurs.
L’Équipe du PSG : Lionel Letizi – Cristóbal Parralo, Mauricio Pochettino, Gabriel Heinze, Lionel Potillon – Paulo César (Francis Llacer, 84′), Frédéric Déhu – Jérôme Leroy (Hugo Leal, 51′), André Luiz, Fabrice Fiorèse – José Aloísio (Martin Cardetti, 60′). Entraîneur : Luis Fernandez.
Avertissements à José Aloísio, Gabriel Heinze et Paulo César.
Expulsions : Dugarry et André Luiz, 45’+1.


Maillot utilisé :

Maillot extérieur 2002-03 (collection http://maillotspsg.wordpress.com)
Maillot extérieur 2002-03 (collection MaillotsPSG)

Billet :

(collection La Mémoire du PSG)
(collection La Mémoire du PSG)

Programme :

(collection La Mémoire du PSG)
(collection La Mémoire du PSG)

Photos du match :

Photo Ch. Gavelle, psg.fr
Débordement d’Aloisio
Photo Ch. Gavelle, psg.fr
Sortie de Frédéric Dehu
Photo Ch. Gavelle, psg.fr
Intervention de Lionel Letizi
Photo Ch. Gavelle, psg.fr
Fabrice Fiorese taclé par Sommeil
Photo Ch. Gavelle, psg.fr
Tête d’Aloisio
Photo Ch. Gavelle, psg.fr
Les supporters parisiens

Compte-rendu (psg.fr) :

Revenus bredouilles de Gironde la saison dernière (0-1), les Parisiens ont fait mieux cette année. Les deux formations, réduites à dix juste avant la pause, n’ont pas lésiné sur les moyens afin d’offrir un spectacle de qualité aux 35 000 spectateurs sur une pelouse gorgée d’eau. Le PSG était venu prendre au moins un point, c’est chose faite.
Avec une seule défaite à Lescure (devenu depuis Chaban-Delmas) en vingt ans de duels face au PSG, les Bordelais avaient les statistiques pour eux. C’est pourtant le PSG qui se procure l’occasion la plus nette de ce premier quart d’heure. Après un bon
enchaînement Déhu-Paulo Cesar au milieu de terrain, Paris hérite d’un coup-franc légèrement excentré sur la gauche de Ramé. En l’absence de Ronaldinho, Andre Luiz se charge d’inquiéter le portier girondin tout heureux de se trouver sur la trajectoire de ce missile (4e). Bordeaux répondra à cette offensive Rouge et Bleu également sur coup-franc. Darcheville, titularisé aux côtés de Pauleta, enroule sa frappe et offre à Bordeaux sa première véritable occasion. Letizi fait bonne garde (24e). La rencontre, qui ne s’était jusqu’alors pas réellement débloquée, prend alors de l’éclat à l’image de cette percée plein axe de Paulo Cesar qui laisse Sommeil désemparé (29e).

Elie Baup, la casquette vissée sur la tête, demande alors à ses milieux de monter d’un cran. Meriem s’exécute, déborde côté droit et centre pour Pauleta. C’est sans compter sur Pochettino qui s’interpose entre l’attaquant lusitanien et le ballon (30e). Le gardien du PSG a quant à lui l’occasion de briller quelques minutes plus tard. Sur une puissante frappe de Costa, Letizi va cueillir le cuir qui prenait la direction de sa lucarne (36e). Intervient alors l’incident de cette rencontre. Après un accrochage entre Fiorèse et Jemmali le long de la ligne de touche, Dugarry vient narguer Andre Luiz. Les deux hommes se bousculent, et sous les recommandations de son assistant, M. Poulat exclue les deux joueurs (44e). Stupeur côté Girondins, indignation côté Parisiens. Les quinze minutes de pause arrivent à point nommé pour calmer les esprits…

Réduites à dix, les deux formations attaquent cette seconde période pied au plancher. A un but refusé à Pauleta pour un hors-jeu discutable (47e), succède une faute litigieuse de Sommeil sur Aloisio (49e). Les débats sont toujours aussi âpres sur le carré vert. Le match est dur, mais se déroule sans heurt. Alors que la pluie, qui avait comme par miracle cessée au coup d’envoi, reprend de plus belle, Luis Fernandez remplace Jérôme Leroy par Leal (53e), puis Aloisio par Cardetti (60e). Le match ne diminue pas d’intensité, bien au contraire et les encouragements du public redonnent encore un peu plus de mordant aux deux formations. Le PSG manque alors d’un crampon d’ouvrir le score : Pochettino, suite à un corner, frappe mollement un ballon fuyant que la défense bordelaise dégage promptement (69e). Le PSG joue haut et presse les défenseurs girondins qui n’ont d’autres solutions que de « balancer ».

Au moment où Paris impose sa griffe sur cette rencontre, Smertin puis l’intenable Pauleta glacent l’ardeur du millier de supporters parisiens. Un centre puissant devant le but pour Smertin (77e) ne trouve pas preneur, et une tête de Pauleta flirte avec la
transversale de Letizi (83e). Deux grosses frayeurs sans conséquence. Lors de ces dix dernières minutes, le danger bordelais porte un nom. Celui de Feindouno (Darcheville, 65e). Les dribbles courts du virevoltant attaquants Marine et Blanc posent en effet des problèmes à l’arrière-garde parisienne, notamment sur cette pelouse maintenant détrempée. Mais Paris est bien décidé à ne rien laisser passer et s’accroche à ce point du match nul. Une ultime tentative de Pauleta, un dernier regard d’un Parisien vers M. Poulau pour lui indiquer que l’heure est venue de rejoindre les vestiaires, et puis le soulagement. Trois petits coups de sifflets retentissent et envoient les vingt-deux acteurs sous la douche. Les Parisiens peuvent se taper dans les mains, ce soir, la mission a été accomplie.

Réactions :

Luis Fernandez (entraîneur-manager du PSG) : « Nous pouvons encore nous améliorer. Ce soir nous sommes contents, nous avons su provoquer des deux côtés. Je déplore deux décisions litigieuses de M. Poulat : un penalty non sifflé sur Aloisio et le but refusé de Paulo Cesar ! Malgré tout, nous avons su rester solides et Pauleta est demeuré muet. Il nous a manqué de la finition ce soir. On a deux points de plus que la saison dernière après notre deuxième match. L’équipe va crescendo. »

Elie Baup (entraîneur de Bordeaux) : « Bordeaux a montré un visage satisfaisant. Nous avons par moments bien fait circuler le ballon. C’est de bon augure pour la suite de notre championnat. »

Mauricio Pochettino (défenseur et Capitaine du PSG) : « Un match difficile face à une bonne équipe. Il faudra compter avec Bordeaux dans ce championnat pour la course au titre. Nous prenons ce soir un point important, que tout le groupe est allé chercher avec ses trippes. L’équipe ne tardera plus à trouver des solutions offensives. Mais la défense est déjà solide. Le PSG a fait preuve de solidarité ce soir. »


Le stade :

Le Stade Jacques-Chaban-Delmas
Le Stade Jacques-Chaban-Delmas

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s