Troyes – PSG 0-4, 02/12/01, Coupe de la Ligue 01-02

Okocha balle au pied (O. Lejeune)

Dimanche 02.12.2001, Coupe de la Ligue, 1/16 de finale à Troyes, au Stade de l’Aube :
A.T.A.C. TROYES – PARIS ST-GERMAIN F.C. 0:4 (0:2)
– 15 779 spectateurs. Buts : Bartholomew Ogbeche, 17′, Bernard Mendy, 26′ ; Augustine Okocha, 58′ sur penalty, Frédéric Déhu, 90′.
L’Équipe du PSG : Jérôme Alonzo (Lionel Letizi, 86′) – Francis Llacer, Talal El-Karkouri, Gabriel Heinze, Didier Domi – Bernard Mendy (Mikel Arteta, 79′), Frédéric Déhu, Augustine Okocha (Ronaldinho Gaùcho, 79′), Édouard Cissé – Joaquim Agostinho, Bartholomew Ogbeche. Entraîneur : Luis Fernandez.
Avertissements à Frédéric Déhu, Didier Domi et Bernard Mendy.


Maillot utilisé (avec les sponsors de la Coupe de la Ligue) :

ext2001proML
Maillot extérieur 2001-02 (collection MaillotsPSG)

Billet :

(collection La Mémoire du PSG)
(collection La Mémoire du PSG)

Programme :

(collection La Mémoire du PSG)
(collection La Mémoire du PSG)

Photos du match :

Talal El-Karkouri (Ch. Gavelle)
Talal El-Karkouri (Ch. Gavelle)
Le but d'Okocha sur penalty (Ch. Gavelle)
Le but d’Okocha sur penalty (Ch. Gavelle)
0102_Troyes_PSG_CdL_joie
Déhu, El-Karkouri, Ogbeche et Mendy fêtent un des quatre buts du soir
Augustine Okocha (Ch. Gavelle)
Augustine Okocha (Ch. Gavelle)
Okocha balle au pied (O. Lejeune)
Okocha balle au pied (O. Lejeune)
Joie partagée entre joueurs et supporters (Ch. Gavelle)
Joie partagée entre joueurs et supporters (Ch. Gavelle)

Vidéo :


Note:

Pour la petite histoire, en 2001, les maillots utilisés en Coupe de la Ligue étaient les maillots réguliers des clubs engagés (ceux utilisés en championnat), mais floqués des sponsors spécifiques à cette compétition. Or, pour une raison que j’ignore, Nike n’a ce jour là été en mesure de ne fournir le second maillot de la saison qu’en une seule et unique taille: XL. Résultat, la majorité des parisiens flottaient littéralement dans des maillots trop grands pour eux, comme en témoignent la photo ou la vidéo ci-dessus!


Compte-rendu :

En ce premier dimanche du mois de décembre, la Coupe de la Ligue pouvait paraître bien accessoire pour deux des équipes de l’hexagone qui ont débutés leur saison bien tôt. Dès le début du mois de juillet, Troyens et Parisiens s’étaient en effet vu confier la lourde tâche de gérer la fatigante coupe Intertoto. Alors, cet après-midi, on pouvait penser assister à un match de réserve. Ce n’était en tout cas pas l’avis des 14 000 spectateurs venus remplir le stade de l’Aube. Ils étaient venus assister à un bon match de football. Et ils ne se sont pas trompés. Et ce sont les Troyens qui démarrent pied au plancher. Dès le coup d’envoi, Rothen lance en profondeur Goussé. C’est sans danger pour Alonzo, mais le ton est donné. Biens en place dans un inhabituel 4-4-2, les hommes d’Alain Perrin font bien tourner la balle. Et comme Okocha et Ogbèche sont pris en défense individuel par Svensson et Thomas, le PSG a bien du mal à aller de l’avant.

A la septième minute, Celestini, métronome suisse du milieu aubois, remet en retrait pour la frappe de Thomas qui passe bien à droite du but gardé par Jérôme Alonzo. C’est le premier tir de la rencontre et il est tout logiquement troyen. Puis c’est l’incident de cette première période. Suite à une faute d’Heinze sur Goussé à l’entrée de la surface, Frédéric Déhu s’explique violemment avec Monsieur Coué. Le capitaine parisien écope d’un carton jaune mais ne décolère pas. Hors de lui, il porte réclamation auprès du quatrième arbitre, pour avoir entendu Monsieur Coué insulter un de ses coéquipiers. Dans le sillage de leur capitaine, les Rouge et Bleu montrent plus de hargne et de volonté dans la conquête du ballon. Le PSG joue haut et commence à se montrer dangereux. Mendy récupère un ballon au milieu du terrain, s’enfonce et serre Ogbèche dans la surface. Mais le jeune attaquant nigérian pousse un peu trop loin son ballon (14ème). Une minute plus tard, les Parisiens obtiennent un premier corner, puis un second sur lequel Déhu place une tête contrée, qui file une nouvelle fois derrière le but d’Heurtebis. Jamais deux sans trois dit-on ? Okocha tire le corner et trouve la tête d’Ogbèche au milieu de trois adversaires, qui ouvre le score (16ème).

Dès lors, le PSG joue haut et monopolise le ballon. Puis Troyes se relance mais est cueilli à froid par un second but. Cissé lance Mendy qui file seul au but et place une frappe croisée sous le ventre d’Heurtebis (25ème). Deux occasions, deux buts… Quel réalisme ! L’ESTAC ne semble pourtant pas être trop sonnée, et reprend sa marche en avant. C’est tout d’abord Hamed qui, à l’entrée de la surface, cherche la lucarne d’Alonzo. Le gardien habituellement remplaçant veille et repousse la balle en corner (28ème). Sur un coup-franc de Rothen, Alonzo sauve une nouvelle tête de Danjou (30e). Face à un gardien dans un aussi grand jour, les Troyens commencent à être agacés. D’autant plus que dans la continuité de l’action, Loko pense réduire le score mais son but est refusé pour un hors-jeu peu évident. Et Paris dans tout cela me direz-vous ? Pas grand chose à signaler si ce n’est un coup-franc d’Agostinho claqué au-dessus de sa barre par Tony Heurtebis (31ème). Un dernier face à face Goussé-Alonzo ni change rien, les deux équipes retournent aux vestiaires sur ce score de 2-0 pour le PSG. La stratégie du hérisson fonctionne à merveille cet après-midi pour un PSG bien en place et bénéficiant d’un portier en très grande forme. Ce qui n’est pas le cas de son homologue troyen.

A la reprise, Alain Perrin n’a semble-t-il pas apprécié la prestation d’Heurtebis et décide de le remplacer par Hervé Sekli qui fait ses grands débuts. Et les Troyens de croire en leur chance et de se relancer à fond dans la partie. A la 54ème minute, on croit revivre le but de la victoire troyenne du mois dernier en championnat. Tourenne centre du côté droit pour la tête de Loko. Mais la balle de l’ancien parisien passe cette fois largement à côté du but d’Alonzo. Mais deux minutes plus tard, c’est la douche froide. Sur une chandelle à l’entrée de la surface, Hamed manque son dégagement de la tête. Mendy s’en va seul face à Sekli qui le crochète. L’arbitre n’hésite pas un seul instant et désigne le point de penalty. Une sentence transformée par Jay-Jay Okocha qui effectuait son retour après un mois et demi d’arrêt. A l’image de leurs supporters, les Aubois ne semblent plus y croire. Les quelques 300 supporters parisiens qui ont fait le court déplacement jusqu’à Troyes, s’en donnent à cœur joie pour encourager leurs protégés. On n’entend plus qu’eux dans un stade de l’Aube abasourdi.

L’entrée de deux attaquants supplémentaires (Djukic et Niang) semble tout de même relancer la machine troyenne. C’est tout d’abord Loko qui trouve les gants d’Alonzo sur une frappe à l’entrée de la surface (73ème). Puis Djukic centre pour la volée d’Amzine bien au-dessus (76ème). Djukic, se retrouve ensuite seul au point de penalty mais rate sa reprise (80ème). Troyes pense même réduire le score lorsque Djukic toujours, décoche une splendide frappe des 25 mètres, qui trouve une nouvelle fois les gants d’un Alonzo de gala. C’est d’ailleurs la dernière parade du portier parisien qui doit céder sa place à Lionel Letizi (85ème). Décidément bien malchanceux, Alonzo est une nouvelle fois touché. Les Troyens veulent tout de même sauver l’honneur et continuent de se ruer à l’attaque. Et comme bien souvent dans ces cas là, les contres pleuvent. Sur l’un d’entre eux, mené par Ronaldinho, Ogbèche trouve le poteau de Sekli (87ème). Mais ce n’est que partie remise. A l’ultime minute du temps réglementaire, Ronaldinho obtient un coup-franc aux 25 mètres. C’est Déhu qui le tire, sa frappe est détournée par le mur troyen et prend à contre-pied le malheureux Sekli, qui ne peut rien faire. Les cinq minutes de temps additionnel donné par Monsieur Coué sont un véritable calvaire pour des Aubois qui ont tout donné pour ne finalement rien obtenir. A défaut d’être brillant, Paris s’est montré réaliste et se qualifie pour la suite de la compétition. A quatre jours du match retour de coupe UEFA face aux Glasgow Rangers, cette réussite vient à point nommé.

Réactions (psg.fr) :

Luis Fernandez (Entraîneur-Manager du PSG)
« Le score est un peu sévère pour Troyes. Ils ont eu beaucoup d’occasions et Jérôme Alonzo s’est montré extraordinaire. Ils ont dominé, nous les avons attendu et pris en contre. C’est bon pour la confiance avant d’affronter Glasgow jeudi. Je suis content pour l’ensemble de mon groupe. Je dis souvent que je n’ai pas de remplaçants, que des titulaires potentiels… Ce soir, mes joueurs ont démontré beaucoup d’envie d’entreprendre et de qualités individuelles. C’est une nouvelle compétition dans laquelle nous continuons notre parcours. Nous les jouerons toutes à fond. »

Laurent Perpère (Président du PSG)
« Avec une équipe inhabituelle, nous avons démontré beaucoup d’envie et de qualité. J’en suis très content. »

Alain Perrin (Entraîneur de Troyes)
« J’ai vu aujourd’hui un moins bon Paris qu’il y a un mois. Nous avons beaucoup attaqué, largement dominé, mais j’avais dit à mes joueurs que face au PSG, il fallait d’abord penser à bien défendre. Nous avons manqué de réussite et pourtant, sur la physionomie de la rencontre, il n’y a pas photo. Paris s’est appuyé sur les qualités individuelles de ses joueurs qui peuvent marquer à tout moment. Encore plus si nous les y aidons en commettant des erreurs de placement. »


Le stade :

Vue aérienne du stade de l'Aube en travaux
Vue aérienne du stade de l’Aube en travaux

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s