Benfica – PSG 2-1, 10/03/11, Ligue Europa 10-11

Photo: Ch. Gavelle, psg.fr (voir la photo en taille d'origine : http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2010/2166/25267/match/benfica-psg/benfica-psg-2-1 )

Jeudi 10.03.2011, Ligue Europa, 8e de finale, match aller à Lisbonne, au Stade da Luz :
S.L. BENFICA (Por.) – PARIS ST-GERMAIN F.C.  2:1 (1:1)
– 25 000 spectateurs environ. Buts : Péguy Luyindula, 14′, Maxi Pereira, 42′ ; Jara, 81′.
L’Équipe du PSG : Apoula Edel – Marcos Ceará, Sylvain Armand, Zoumana Camara, Tripy Makonda (Florent Makhedjouf, 75′) – Clément Chantôme, Sammy Traoré – Péguy Luyindula (Jean-Eudes Maurice, 44′), Mathieu Bodmer (Neeskens Kebano, 70′), Nenê Carvalho – Mevlüt Erding. Entraîneur : Antoine Kombouaré.
Avertissements à Sylvain Armand, Zoumana Camara, Marcos Ceará et Nenê Carvalho.


Maillot utilisé (avec le sponsor « Fly Emirates » en taille Coupe d’Europe) :

IMG_3167
Maillot extérieur 2010-11 (collection MaillotsPSG)

Billet :

(collection La Mémoire du PSG)
(collection La Mémoire du PSG)

Photos du match :

Photo: Ch. Gavelle, psg.fr (voir la photo en taille d'origine : http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2010/2166/25267/match/benfica-psg/benfica-psg-2-1 )
Les parisiens avant le coup d’envoi (Ch. Gavelle)
Photo: Ch. Gavelle, psg.fr (voir la photo en taille d'origine : http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2010/2166/25267/match/benfica-psg/benfica-psg-2-1 )
Marcos Ceara (Ch. Gavelle)
Photo: Ch. Gavelle, psg.fr (voir la photo en taille d'origine : http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2010/2166/25267/match/benfica-psg/benfica-psg-2-1 )
Mevlut Erding en déséquilibre (Ch. Gavelle)
Photo: Ch. Gavelle, psg.fr (voir la photo en taille d'origine : http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2010/2166/25267/match/benfica-psg/benfica-psg-2-1 )
Tentative de Nenê (Ch. Gavelle)

Vidéo :


Compte-rendu (Gauthier B, psgmag.net) :

Comme il y a quatre ans, les PSG se retrouve face au Benfica Lisbonne en huitièmes de finale de coupe d’Europe. À la différence près que le match aller se joue dans la capitale portugaise. Privé de Clément — suspendu — et Hoarau — pas encore remis de sa gastro-entérite —, Antoine Kombouaré avait laissé Jallet, Giuly et Makelele à Paris, alors que Sakho et Tiéné débutaient la rencontre sur le banc de touche. C’est donc une formation inédite qui se présentait au stade de la lumière, avec une ligne de quatre défenseurs remplaçants — Cearà, Camara, Traoré et Makonda — et Armand en sentinelle devant la défense. Le reste était un peu plus attendu, avec Chantôme et Bodmer au milieu de terrain, Luyindula à droite, Nenê à gauche et Erding en pointe.

Le match en bref
Très vite, les Lisboètes se montrent dangereux : sur un ballon dégagé du poing par Edel, Cardozo récupère le ballon à l’entrée de la surface et frappe, mais le gardien se reprend bien en sortant le ballon en corner. On craint alors que Paris ne subisse énormément durant les premières minutes, mais il n’en est rien. Car dès la 6e minute, Paris se montre à son avantage : Bodmer lance Erding en profondeur ; dans la surface, le Turc crochète son vis-à-vis et frappe du gauche. Le gardien adverse repousse.

Sammy Traoré reprend un corner de Nenê et envoie le ballon au-dessus des cages, puis c’est Cardozo qui manque le cadre pour le Benfica, après un centre de Coentrao. Juste avant le quart d’heure de jeu, Nenê tricote côté gauche, s’enfonce dans l’axe et fait une petite passe vers l’avant pour Luyindula. L’attaquant parisien met l’intérieur du pied et ouvre le score (0-1, 14e). L’équipe portugaise est alors en pleine panique, puisque sur un long ballon anodin, les deux défenseurs axiaux se mélangent les pinceaux, et Nenê peut s’engouffrer vers le but. Le Brésilien centre parfaitement au second poteau pour Erding, qui reprend du plat du pied, et trouve le montant.

Paris continue à dominer la rencontre, et sur un coup franc de Nenê tiré à ras de terre, Bodmer effectue une reprise qui passe de peu à côté. Benfica commence enfin à sortir timidement la tête de l’eau, et Cardozo adresse une frappe en pivot, qu’Edel parvient à repousser. Paris repart ensuite à l’attaque ; sur un centre contré de Luyindula, Chantôme arme une reprise du gauche dans la surface malheureusement trop sur le gardien, qui dévie le ballon de la cuisse.

Cardozo se distingue par un beau coup franc, qu’Edel sort de sous la barre, mais Lisbonne manque clairement d’imagination dans le jeu. Juste avant la mi-temps, Luyindula se blesse, et pendant que Paris joue à 10, Benfica va en profiter : Martins adresse une louche par-dessus une défense parisienne mal alignée, Pereira, seul dans la surface, contrôle de la poitrine et expédie du gauche le ballon dans la lucarne (1-1, 42e). Dans la foulée, Maurice remplace Luyindula, et rien ne se passe avant la mi-temps.

La deuxième période se dispute sur un rythme moins bien enlevé. Le système défensif parisien est bien en place, et Paris a même quelques situations : un tir de Nenê à côté, après une bonne remise d’Erding, et une volée du Turc consécutif à un centre parfait d’Armand. Lisbonne doit finalement attendre l’orée du dernier quart d’heure pour à nouveau inquiéter les Parisiens. La rentrée de Pablo Aimar a un impact immédiat : il lance Saviola, qui s’engouffre dans la surface. L’ancien Monégasque est fauché dans la surface par Makonda, mais l’arbitre de la rencontre ne siffle pas le penalty qui s’imposait.

Kombouaré lance alors ses jeunes : Kebano remplace Bodmer, et Makhedjouf supplée Makonda, blessé — Armand repassant arrière gauche. Le PSG est alors un peu désorganisé, et Lisbonne en profite pour prendre l’avantage : Jara hérite d’un bon ballon à l’entrée de la surface, et sa frappe à ras de terre trompe Edel (2-1, 81e). La fin de match est bien plus calme, Lisbonne n’osant pas partir à l’abordage pour marquer le troisième but, de peur des contres parisiens.

Paris repart donc du Portugal sur une défaite, mais avec ce petit but marqué à l’extérieur qui pourra faire toute la différence dans une semaine. Les hommes de Kombouaré pourront juste regretter de ne pas être rentré à la pause avec un avantage qui aurait été mérité.


Le stade :

Le stade de La Luz
Le stade de La Luz

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s