PSG – Sochaux 2-3, 07/12/75, Division 1 75-76

Humberto Coelho à la lutte avec un sochalien

Dimanche 07.12.1975, Championnat de France, Division 1, 18e journée (15e place) à Paris, au Parc des Princes :
PARIS ST-GERMAIN F.C. – F.C. SOCHAUX-MONTBÉLIARD  2:3 (1:2)
– 14 921 spectateurs. Buts : G.Soler, 4′, François M’Pelé, 8′, G.Soler, 44′ ; Pintenat, 50′ sur penalty, Pierre-Antoine Dossevi, 86′.
L’Équipe du PSG : Ilja Pantelić – Dominique Lokoli, Jacky Bade, Humberto Coelho, Denis Bauda – Dominique Berthaud (Pierre-Antoine Dossevi, 78′), Francis Piasecki, Jean-Pierre Dogliani – Jean-Pierre Tokoto, François M’Pelé, Mustapha Dahleb. Entraîneur : Just Fontaine.


Maillot utilisé (modèle Kopa) :

IMG_3308
Réédition maillot domicile 1974 (collection MaillotsPSG)

Programme :

(collection La Mémoire du PSG)
(collection La Mémoire du PSG)

Photos du match :

Les Sochaliens avant le coup d’envoi
L'égalisation de François M'Pelé à la 8ème minute
L’égalisation de François M’Pelé à la 8ème minute
Le Sochalien Pintenat transformant un penalty...
Le Sochalien Pintenat transformant un penalty… imaginaire.
Jacky Bade ne peut que regarder impuissant l'attaquant sochalien tromper Ilja Pantelic
Jacky Bade ne peut que regarder impuissant Soler tromper Ilja Pantelic
François M'Pelé s'enfonce dans la défense doubiste mais ne parviendra pas à marquer...
François M’Pelé s’enfonce dans la défense doubiste mais ne parviendra pas à marquer…
Intervention d'Ilja Pantelic
Intervention d’Ilja Pantelic
Humberto Coelho à la lutte avec un sochalien
Humberto Coelho à la lutte avec Pintenat

Compte-rendu (France Football) :

Une leçon de simplicité

Daniel Hechter est las de lutter, fatigué de répéter tous les dimanches la même complainte : l’arbitrage qui, depuis quelques semaines, a sans doute fait perdre une demi-douzaine de points au Paris S.-G., les matches amicaux du Parc que les adversaires invités ne prennent pas toujours suffisamment ou sérieux, le public de la capitale, qui est toujours trop exigeant avec une équipe qui ne gagne pas assez selon son goût, l’environnement parisien qui est trop neutre et qui place le P.S.-G. en état d’infériorité par comparaison aux Clubs de province. Alors Daniel Hechter se demande s’il ne va pas tout laisser tomber et partir enfin en vacances…

Dimanche soir, le président du P.S.-G. était triste et très abattu. Le formation bleu et rouge venait encore de subir une défaite à domicile qui aggravait sa situation Et surtout elle avait perdu (2-3) sur une erreur d’arbitrage qui lui avait valu de concéder un penalty (un but) injustifié. M. Verbeke avait en effet sanctionné à la 50′ minute un tacle glissé de Bade sur Pintenat qui visait le ballon et l’atteingit, et qui ne nous parut absolument pas irrégulier…

Ce penalty transformé par Pintenat valut en tout cas à Sochaux de mener 3-1 et de prendre une avance décisive. En première mi-temps, Soler (auteur de deux buts) avait en effet concrétisé les efforts louables des Sochaliens, qui pratiquèrent alors un football direct, simple, varié et efficace.

Il faut bien dire que le système défensif parisien fut alors trés perméable, les infiltrations de Soler n’étant neutralisées ni par l’utilisation du hors-jeu, ni par la couverture du gardien Pantelic, hésitant et aventureux dans ses sorties, embarrassé, il est vrai, par le jeu et le placement très approximatif de ses partenaires.

Si l’on ajoute que le milieu de terrain et l’attaque du P.S.-G. tournèrent souvent en rond (comme ils le firent déjà devant Dynamo Kiev) et cherchèrent en vain l’ouverture dans la défense sochalienne, on aura expliqué les raisons d’un échec inquiétant. Mis à part Humberto et Tokoto, les joueurs parisiens évoluent en ordre dispersé et multiplient les mauvaises passes, les maladresses techniques. Leur jeu manque trop souvent de variété et d’accélération.

L’équipe sochalienne, par contre, a laiddé une très bonne impression, démontrant que sa présence dans le peloton de tête n’était pas injustifiée. Son jeune gardien, Rust (22 ans), possède de belles qualités de souplesse et de détente. Se défense est solide avec Courbis, libero élégant, parfois imprudent, et Seles, stoppeur toujours aussi Intraitable. Le Hollandais Klijnjan est capable de réaliser aussi brillamment des dribbles courts et vifs et des frappes longues et précises. Quant à l’attaque, elle détient en Soler et en Pintenat un tandem fort complémentaire et diablement efficace.

Avec des moyens individuels plus modestes, Sochaux s’est forgé en fin de compte un style, une personnalité, plus affirmés que la constellation d’étoiles parisiennes.


Le stade :

Le Parc des Princes
Le Parc des Princes

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s