Reims – PSG 0-3, 23/11/13, Ligue 1 13-14

1314_Reims_PSG_Lucas400

Samedi 23.11.2013, Championnat de France, Ligue 1, 14e journée (1re place) à Reims, au Stade Auguste-Delaune :
STADE DE REIMS – PARIS SAINT-GERMAIN F.C.  0:3 (0:1)
– 20 666 spectateurs. Buts : Lucas Moura, 25′ ; Jérémy Ménez, 60′, Zlatan Ibrahimović, 91′.
L’Équipe du PSG : Salvatore Sírigu – Christophe Jallet, Alex Costa, Thiago Silva, Lucas Digne – Marco Verratti, Thiago Motta (Javier Pastore, 87′), Adrien Rabiot (Blaise Matuidi, 72′) – Lucas Moura, Zlatan Ibrahimović, Jérémy Ménez (Ezequiel Lavezzi, 72′). Entraîneur : Laurent Blanc.
Avertissements à Alex Costa et Thiago Motta.


Maillot utilisé :

IMG_4361
Maillot domicile 2013-2014 (collection http://maillotspsg.wordpress.com )

Photos du match :

Lucas à la lutte
Lucas prend le dessus sur son adversaire, au début de l’action qui  amènera le 1er but (Ch. Gavelle)
1314_Reims_PSG_Lucas400
Le brésilien est inarrêtable (Ch. Gavelle)
1314_Reims_PSG_Rabiot
Ménez, Rabiot et Digne: des remplaçants largement à la hauteur (Ch. Gavelle)
1314_Reims_PSG_joie400
La joie des parisiens et un adversaire à terre, une image dont on ne se lasse pas… (Ch. Gavelle)
1314_Reims_PSG_Ibra400
Ibrahimovic… incognito! (Ch. Gavelle)

Vidéos (source: http://psgzine.net , les buts et le résumé ) :


Compte-rendu (lequipe.fr) :

A Reims, Paris a retenu la leçon

Alors que sa dernière défaite remonte de son déplacement à Reims en mars dernier, le PSG est cette fois revenu ce samedi avec une victoire facile (3-0) qui lui permet de conforter sa place de leader.

Dernière équipe à avoir fait plier le Paris-SG (avant la fin du temps réglementaire), Reims ne sera toutefois pas la première à briser la série d’invincibilité du club de la capitale, qui court depuis à 34 rencontres toutes compétitions confondues. Alors qu’il s’était incliné le 2 mars dernier au Stade Auguste Delaune (0-1) et avait montré ce jour-là très peu d’entrain, le PSG n’a cette fois pas fait le déplacement en Champagne pour rien (3-0). A quatre jours de la réception de l’Olympiakos en Ligue des champions, l’équipe de Laurent Blanc, même remaniée, a conforté son rang de leader de la L1. Elle est assurée de conserver sa place sur le trône puisqu’avant les matches de Lille et Monaco dimanche, elle compte un matelas confortable de sept points d’avance sur le LOSC et huit sur l’ASM.

Au coeur d’une première période plutôt bien maîtrisée techniquement, Lucas a trouvé la lumière en convertissant un joli mouvement collectif initié par Sirigu. Et c’est sur un bijou de passe du classieux Ibra que le Brésilien a signé son troisième but de la saison en Championnat d’un tir imparable à l’entrée de la surface (25e). Malgré une domination évidente, ce but fut toutefois l’un des rares éclairs parisiens, c’est là tout le paradoxe. Ce Paris n’a pas besoin d’en faire des caisses pour s’emparer du magot. Car même en laissant Matuidi, Cavani et Lavezzi sur le banc, le PSG sait être efficace. Et avec très peu d’occasions. Juste avant l’heure de jeu, le discret Jérémy Ménez a enfoncé le clou et inscrit son deuxième but de la saison suite à un bon service de Verratti (59e). Et il fallait bien que cette belle histoire se termine par un but de Zlatan, après sa vexation de mardi contre le Portugal (2-3). Le Suédois s’est quelque peu vengé en inscrivant le troisième but, suite à une mauvaise relance d’Agassa (90e).
Krychowiak a manqué un penalty

Tactiquement bien dans le coup en mars dernier, l’équipe rémoise s’est cette fois cassée les dents sur un bloc parisien parfaitement bien organisé, à l’image de sa défense, pilotée par Thiago Silva et Sirigu. Le portier italien n’a pas eu souvent l’occasion de se réchauffer dans la cathédrale glacée d’Auguste-Delaune, mais quand il a eu besoin d’intervenir, il l’a fait avec brio. L’ancien portier de Palerme a sorti deux belles claquettes sur des tentatives de Tacalfred (42e) et Albaek (64e) et montré une belle détente devant Mandi (7e) et Fofana (74e). Et il a même eu un peu de chance sur le penalty accordé aux Rémois pour une faute de Verratti sur Ayité, Krychowiak envoyant le ballon dans les tribunes (67e). Il n’y avait rien à faire face à cette machine qu’est devenu Paris.


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s