PSG – Nantes 0-3, 11/01/95, Division 1 94-95

9495_PSG_Nantes_Valdo


Mercredi 11.01.1995, Championnat de France, Division 1, 23e journée, match avancé (2e place) à Paris, au Parc des Princes :
PARIS ST-GERMAIN F.C. – F.C. NANTES-ATLANTIQUE 0:3 (0:1)
– 45 266 spectateurs. Buts : P.Loko, 35′ ; N’Doram, 60′, N’Doram, 73′.
L’Équipe du PSG : Bernard Lama – José Cobos, Alain Roche, Ricardo Gomes (Valdo Filho, 46′), Patrick Colleter – Vincent Guérin, Paul Le Guen, Daniel Bravo – Raí Oliveira (Pascal Nouma, 55′), George Weah, David Ginola. Entraîneur : Luis Fernandez.
Avertissements à David Ginola et Vincent Guérin.
Expulsions : Daniel Bravo, 24′ ; Patrick Colleter, 79′.


Maillot utilisé (en version à manches longues) :

Réplique (modèle du commerce) maillot domicile 1994-95, version manches courtes, collection http://maillotspsg.wordpress.com
Réplique (modèle du commerce) maillot domicile 1994-95, version manches courtes (collection MaillotsPSG)

Billet :

(collection fcn-museum.com)
(collection fcn-museum.com)

Programme :

(collection fcn-museum.com)
(collection fcn-museum.com)

Photos du match :

Photo Ch. Gavelle
José Cobos
Photo Ch. Gavelle
« Mister » George Weah
9495_PSG_Nantes_Valdo
Valdo à la lutte avec Karembeu
Malgré Le Guen, N'Doram seront l'homme du match avec deux buts au compteur
Malgré Le Guen, N’Doram seront l’homme du match avec deux buts au compteur
9495_PSG_Nantes_rouge
Un des deux cartons rouges que l’arbitre adressera aux parisiens…
José Cobos
José Cobos
Raï à la lutte
Raï à la lutte
Ricardo à la poursuite d'un nantais
Ricardo à la poursuite d’un nantais
George Weah cerné...
George Weah cerné…
Cobos s'interpose
Cobos s’interpose
Valdo devancé...
Valdo devancé…
Pedros poursuivi par Vincent Guérin et José Cobos
Pedros poursuivi par Vincent Guérin et José Cobos
Bernard Lama semble peiner à s'emparer du ballon, sous les yeux de Ricardo
Bernard Lama semble peiner à s’emparer du ballon, sous les yeux de Ricardo

Vidéo :


Compte-rendu (Ouest France) :

Faim de séries

La foudre a frappé, hier soir. Le Paris Saint-Germain a été foudroyé (0-3). Quatorze Nantais ont donné une magistrale leçon à des Parisiens vite réduits à dix, il est vrai, par l’expulsion de Bravo (25è). La série nantaise de matches sans défaite se poursuit. Celle de l’invincibilité parisienne au Parc s’est achevée. Insatiables Nantais, avides de plaisir, de gloire, de reconnaissance.

Il en est des séries comme des bonnes histoires : elles ont une fin. Tout a une fin. Luis Fernandez et ses Parisiens s’étaient promis de mettre un terme à une invincibilité nantaise qui perdurait depuis vingt-deux soirées. Car elle excite la convoitise cette réussite de ces « jaunes et verts » qui se prennent pour des extra-terrestres. Convoitise et prétention.

Il en est de la série nantaise comme de toutes les séries. Y compris celles du Paris Saint-Germain. Elle est promise à un enterrement. Mais l’échéance nantaise a été, hier soir, reportée une date ultérieure. Avec un FC Nantes-Atlanlique qui a joué avec l’étoffe d’un champion.

La saison passée, le FC Nantes-Atlantique s’était offert ta peau d’un ours parisien sur laquelle vingt-sept « chasseurs » s’étaient en vain cassés les dents. Cette série record après laquelle les Nantais courent allégrement aujourd’hui s’était achevée à La Beaujoire (3-0).

Depuis le 18 décembre 1992, le champion en titre n’avait pas connu la déflaite sur sa pelouse. L’Olympique de Marseille avait été le dernier tombeur des Parisiens (0-1). Cette impressionnante sérié de 28 victoires et 11 nuls a connu, hier soir, un épilogue ébouriffant. Parce que tout a une fin. Parce que ce Nantes qui n’en finit pas d’étonner, de séduire, de gagner, a faim. Faim de gloire. de reconnaissance, de plaisir. Faim de séries.

Toujours invaincu

Son invincibilité lui donne des ailes. A l’instar d’un Loko qui récite à Bernard Lama une partition déjà entonnée quinze fois depuis le début du championnat. A l’image d’un N’Doram qui crucifie l’épouvantail de la Ligue des Champions après avoir ciselé un petit bijou de lob.

Le Paris Saint-Germain s’était juré de renvoyer le prétendant nantais à ses gammes. L’humiliation a été au rendez-vous. Après que Daniel Bravo eut été prématurément (25è) renvoyé au vestiaire pour un tacle arrière, M. Vessière n’a pas hésité. Plus maladroit que méchant, peut-être, ce tacle était justiciable d’un carton rouge, point n’est besoin d’en discuter. Et Luis Fernandez, le bouillant entraineur du PSG, ne l’a pas fait.

Cette expulsion a sans doute lourdement pesé sur les débats. Plus que celle de Colleter survenue alors quo le sort des Parisiens était consommé (80è). Mais la démonstration nantaise a été époustouflante. Et le malheureux Dominique Casagrande contraint d’abandonner ses partenaires peu après le retour des vestiaires (48è) a sa part de mérite. On a pu craindre, à ce moment, pour le Nantes-Atlantique. Mais on avait tort, Loussouarn veillait au grain. Et Nantes avait une telle faim de gloire et un faim de jouer avec les séries.


Le stade :

Le parc des Princes
Le parc des Princes

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s